Accueil Opinions

Quartiers populaires et branchés: la «fable» de la gentrification

Derrière les belles pages des guides touristiques, les quartiers populaires et branchés, on dit gentrifiés, cachent d’importants enjeux urbains, économiques et sociaux. Ils sont aussi révélateurs des jeux de pouvoir qui se jouent à l’échelle de la ville, entre acteurs publics, promoteurs privés et citoyens. Le géographe Mathieu Van Criekingen est « contre la gentrification ».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Ce sont les quartiers hypes et branchés vers lesquels pointent les guides touristiques. Le Marais à Paris, ses cafés, ses boutiques de design et de mode, ses clubs, ses librairies, ses musées qui font la renommée de ce quartier historiquement habité par des ouvriers, des petits commerçants et des artisans. Le Southwark londonien au sud de la Tamise avec le musée d’art contemporain Tate Modern, la Hay’s Galleria, ancien entrepôt d’épices et de thés venus de Chine et d’Inde devenu centre commercial, et le Shard, tour de verre haute de 309,60 mètres renfermant bureaux et appartements de luxe. Ou encore le quartier Saint-Michel de Bordeaux où les boucheries et épiceries ont cédé leur place aux friperies et aux brocantes et où, à l’heure du brunch, après avoir flâné au marché couvert des Capucins, les touristes peuvent déguster à la terrasse de bistrots conceptuels poke bowl et cheesecake.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs