Accueil Société

Coronavirus: pour quatre Belges sur dix, le report de soins a un impact négatif sur leur santé

Les Mutualités libres livrent au « Soir » une analyse objective des reports de soins liés à la pandémie. Elles constatent notamment un gap entre l’anxiété grandissante et les demandes limitées d’aides médicales. Par ailleurs, le moindre dépistage des cancers et maladies cardio-vasculaires fait craindre le pire.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Et si les 25.524 décès du covid – chiffre officiel au 22 septembre – en cachaient bien d’autres ? Et si ces victimes directes du virus étaient suivies dans les mois et les années à venir d’un cortège de maladies indirectes liées au report de soins ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Geurts Fabrice, jeudi 23 septembre 2021, 17:28

    Enfin ! La presse commence à s'interroger sur les dégâts collatéraux de cette folie "sanitaire". Mais inutile de tenter d'expliquer aux lobotomisés que cancers, AVC, maladies cardiaques existent toujours ,car vaccinés ils sont convaincus de pouvoir battre le record de Jeanne Calment.

  • Posté par Dieu Béatrice, jeudi 23 septembre 2021, 14:09

    Monsieur Eric Raspe... pourriez vous arrêter vos propos discriminatoires? Aucun débat possible ! En fait...vous commentez quoi???

  • Posté par STORDIAU Pierre, samedi 25 septembre 2021, 20:25

    Madame Béatrice : vous vous prenez pour DIEU ? Fermez votre grande g. vous-même !

  • Posté par massacry olivier, jeudi 23 septembre 2021, 15:52

    Le débat avec les théoriciens du Great Reset est quelque peu biaisé, Mme Dieu.

  • Posté par Alexandre Fabrice, jeudi 23 septembre 2021, 11:41

    Médicaments manquants, médicaments supprimés sans équivalents disponibles, manque chronique de personnel dans les hôpitaux, manque de médecins généralistes dans la plupart des régions etc etc on assiste bien à l'arriver d'une médecine à deux vitesses. Dans ce pays il me semble qu'on a pas encore compris qu'à force de couper dans tout il y a un moment ou plus rien ne fonctionne et pour réparer celà coûte beaucoup plus cher que si l'on "entretien" correctement les choses. Mais pour conclure on peut dire que désormais la médecine à deux vitesses est bien arrivée, l'une pour les plus nantie et l'autre pour les moins nantis. Il y a désormais une technique infaillible utilisée dans tous les domaines ou l'Etat est défaillant c'est de faire culpabiliser les citoyens.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs