Accueil Monde États-Unis

Affaire Gabby Petito: l’étrange dernier message envoyé à sa mère et les potentielles violences conjugales

L’affaire Gabby Petito a passionné les internautes, qui ont suivi et commenté toutes les étapes de la vaste opération de recherches pour retrouver la femme de 22 ans, portée disparue le 11 septembre lors d’un voyage itinérant avec son compagnon, Brian Laundrie.

Temps de lecture: 5 min

La jeune voyageuse américaine Gabby Petito, qui partageait sur les réseaux sociaux son périple dans les immensités de l’ouest des Etats-Unis avec son fiancé, et dont la mystérieuse disparition a ému les Américains, a été victime d’un homicide, a annoncé mardi le FBI.

L’affaire a passionné les internautes américains et à l’étranger, qui ont suivi et commenté toutes les étapes de la vaste opération de recherches pour retrouver la femme de 22 ans, portée disparue le 11 septembre lors d’un voyage itinérant avec son compagnon, Brian Laundrie.

Ses parents ont communiqué pour la dernière fois avec elle lorsque le couple, qui voyageait dans un van aménagé, se trouvait dans la zone du parc national de Grand Teton.

Le fiancé, âgé de 23 ans, était activement recherché par la police mardi, qui a perquisitionné la veille le domicile de ses parents, où vivait également le couple. Il y a plus de deux semaines, M. Laundrie est rentré seul dans cette maison de North Port, en Floride, avec la camionnette de son amie.

Il a refusé de parler aux enquêteurs, avant de disparaître. La chasse à l’homme lancée par la police continuait mardi à susciter un vif intérêt aux Etats-Unis.

La traque, se déroulant notamment dans une réserve marécageuse de Floride, est compliquée par la présence de serpents et d’alligators, a annoncé mardi la police de North Port, en charge des recherches avec le FBI.

L’étrange dernier message envoyé à sa mère

De nouveaux documents montrent que la maman de la jeune fille a reçu un étrange SMS le 27 août. « Peux-tu aider Stan, je n’arrête pas de recevoir des messages mais je loupe ses appels », a-t-elle écrit. La mère a expliqué que Stan était le prénom du grand-père de la jeune fille, mais qu’elle ne l’appelait jamais comme ça. « La mère a commencé à s’inquiéter ; quelque chose n’allait pas avec sa fille », écrit l’agent Daniel Alix dans son rapport, cité par le New York Post. « Ce fut la dernière communication avec Gabby. Son téléphone ensuite a arrêté de fonctionner et elle a cessé de publier sur les réseaux sociaux. Pour sa famille, ce n’était pas normal de sa part », indique encore l’agent.

Ces informations s’ajoutent aux craintes de potentielles violences conjugales subies par la jeune fille. Pendant leur séjour, le couple a fait intervenir la police après une querelle. Filmée par une caméra installée sur un agent, la jeune fille en larmes explique souffrir de troubles obsessionnels compulsifs qui affectent son attitude. La police a raconté avoir interrogé les deux amoureux, qui ont chacun expliqué à quel point la vie en van était compliquée pour eux. « Gabrielle, qui était sur le siège passager, pleurait de manière incontrôlable », a écrit un officier dans son rapport du 13 août. Les agents ont écrit que le couple – tout en luttant contre des problèmes de santé mentale qui auraient conduit Gabby Petito à gifler Brian Laundrie – essayait intelligemment et avec sensibilité de résoudre leurs problèmes.

Potentielles violences conjugales

Le jour de leur querelle, Brian a expliqué à la police que sa petite amie était dans un état maniaque et qu’elle l’a giflé parce qu’elle pensait qu’il allait la laisser sans voiture. « Je ne vais pas poursuivre quoi que ce soit parce qu’elle est ma fiancée et je l’aime. C’était juste une querelle. Désolé que cela soit devenu si public », déclare Brian Laundrie sur les images de la caméra corporelle de l’agent. Mais dans un appel au 911, un homme a affirmé avoir été témoin ce jour-là de violences de la part de Brian Laundrie contre sa compagne. « Nous avons vu, en nous approchant, le garçon en train de gifler la fille », explique l’homme au téléphone dans un appel que s’est procuré le magazine People.

Suite à ce signalement la police a rencontré le couple. Dans son rapport, le policier écrit : « Après avoir évalué toutes les circonstances, je ne crois pas que cela soit au niveau d’une agression conjugale, mais plutôt un problème de crise de troubles mentaux. » Cependant, un autre agent ajoute : « Ce n’est pas clair, mais je crois que quelqu’un a dit avoir observé l’homme en train d’attaquer la femme. » Le Deseret News cite pour sa part le témoignage d’une ranger du parc national de l’Utah, où cette dispute a eu lieu, qui affirme que la relation entre les deux avait l’air « toxique ». Melissa Hulls a pu dialoguer avec Gabby le 12 août, lorsqu’elle était à l’arrière de la voiture de police, estimant qu’elle serait peut-être plus à l’aise de se confier à une femme plutôt qu’à un policier. « J’ai été probablement plus impliquée que je n’aurais dû l’être avec elle. Je l’ai implorée de réévaluer son couple, je lui ai demandé si elle était heureuse avec lui, je lui ai dit que c’était peut-être l’occasion pour elle de choisir une autre route, de changer de vie », a expliqué cette ranger. Cependant, les autorités ont décidé de classer l’affaire après que le couple a accepté de dormir séparément ce soir-là.

Face à toutes ces informations, le FBI a annoncé lundi avoir émis un mandat de perquisition afin de fouiller la maison de la famille de Brian Laundrie.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Huart Thierry, jeudi 23 septembre 2021, 21:45

    Dans un appel au 911: « Nous avons vu, en nous approchant, le garçon en train de gifler la fille », explique l’homme au téléphone dans un appel que s’est procuré le magazine People. Ben c'est rassurant de savoir que même les appels d'urgence peuvent être rendus publics par une certaine presse...

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs