Accueil Monde Afrique

La Tunisie à l’aube d’un nouveau régime politique

Le président tunisien Kaïs Saïed a officialisé la concentration des pouvoirs entre ses mains dans un décret publié mercredi soir. Dans le même geste spectaculaire, il a annoncé l’instauration future d’un nouveau régime politique et prononcé ainsi la fin de la IIe République en vigueur depuis janvier 2014.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Lorsque le 25 juillet dernier, au plus fort des crises sanitaire, financière, sociale et politique, Kaïs Saïed avait activé l’article 80 de la Constitution, gelé le Parlement, limogé le chef du gouvernement et pris la tête de l’exécutif, il était prévisible qu’il saisirait cette occasion historique pour remodeler les institutions comme il s’y était engagé lors de sa campagne électorale en 2019.

Après avoir prolongé l’état d’exception « jusqu’à nouvel ordre » le 24 août, il franchit donc une étape supplémentaire dans son entreprise : il s’auto-institue chef de l’exécutif devant qui le futur gouvernement sera responsable, s’arroge l’intégralité des attributions de l’Assemblée, s’autorise à légiférer par décrets-lois dans tous les domaines, sans recours possible, et supprime l’instance provisoire de contrôle de constitutionnalité.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bartet Guy, jeudi 23 septembre 2021, 19:30

    Je ne suis pas complètement informé, je le crains, mais j'aurais tendance à lui laisser une chance de renouveler la structure politique de son pays. Et donc que l'UE et les USA s'abstiennent d'intervenir. En repoussant si nécessaire les échéances de remboursement.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs