Accueil Opinions Éditos

Militaires dans les prisons: la grande misère de l’État sparadrap

Des militaires dans les prisons ? Qu’on ne s’y trompe pas : le signe « fort » est un indicateur de faiblesse.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Des militaires dans les prisons ? Qu’on ne s’y trompe pas : le signe « fort » est un indicateur de faiblesse. Celle d’un Etat qui court derrière les problèmes pour les réparer, et qui utilise l’armée comme rustine, en catastrophe pour éviter l’explosion, faute d’autres solutions et du succès d’une négociation.

Certains voudraient (ou craignent de) voir dans l’appel aux militaires pour « mettre de l’ordre » un symbole d’autoritarisme. C’est peut-être ce sur quoi la N-VA pourrait tabler, histoire de montrer, comme lors de la grève des camionneurs wallons, que c’est un parti sur lequel on peut compter pour ramener à la raison.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Eric Lavenne, mardi 10 mai 2016, 22:16

    Cette fois, je suis quasiment en phase avec vos écrits Mme Delvaux . Mais, nos militaires ne méritent pas de jouer au "sparadrap" car ils valent beaucoup mieux que cela !!

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs