Accueil Belgique Politique

Barbara Trachte (Ecolo): le Pacte d’excellence suppose le soutien de l’opposition et des moyens

Barbara Trachte regrette que le Pacte d’excellence pour l’école s’élabore à huis clos. Comme son exécution réclamera des sous, la députée écologiste suggère de solliciter les pouvoirs régionaux.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Sur le feu depuis plus d’un an, le Pacte d’excellence prend forme. Le Groupe central a condensé les propositions émises en groupes de travail (Le Soir du 28 avril). Sa note a été remise au gouvernement de la Communauté française qui tranchera à l’automne. En attendant, l’opposition se sent sur la touche. Barbara Trachte, députée Ecolo, le regrette.

Quel regard portez-vous sur l’opération en cours ?

C’est bien d’avoir engagé un processus qui implique les acteurs de l’école. Ils se sont pris au jeu au point de ne pas vouloir dire de ce qui s’y passe. C’est bien. Mais c’est un débat à huis clos. Or, il va falloir faire un consensus sociétal sur les mesures qu’ils vont proposer – auprès des parents, élèves, enseignants… Et il faudra aussi du consensus politique…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Thierry De Cuyper, vendredi 20 mai 2016, 11:22

    On peut faire des réformes qui ne coûtent rien; des réformes qui sont des réformes structurelles. D'autres pays l'ont fait avant nous, avec succès. Devons-nous continuer à gaspiller de l'argent et maintenir un système décadent ? NON!!!

  • Posté par Thierry De Cuyper, vendredi 20 mai 2016, 11:18

    Si les acteurs de l'enseignement se sont mis d'accord pour dire qu'il fallait une réforme, pourquoi faire un sondage sur toute la population sur un problème qui ne concerna pas directement ceux qui se sont exprimés et qui, de surcroit, étaient mal informés.

  • Posté par Thierry De Cuyper, vendredi 20 mai 2016, 11:13

    « Dans tous les actes relatifs aux enfants, qu'ils soient accomplis par des autorités publiques ou des institutions privées, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale », le redoublement étant délétère au développement de l'enfant, il faut le supprimer et informer massivement ceux qui veulent l'utiliser pour réguler nos enfants et pratiquer de l'eugénisme.

  • Posté par Thierry De Cuyper, vendredi 20 mai 2016, 11:12

    Pourquoi sonder une population ayant subi durant des générations une sélection impitoyable sans pouvoir la critiquer et sans avoir auparavant informer valablement sur l'inutilité des échecs scolaires et en tirer la conclusion qu'on réclamerait cette souffrance pour nos enfants ?

  • Posté par Thierry De Cuyper, vendredi 20 mai 2016, 10:38

    En Finlande, l'école commence à 7 ans. Le redoublement est quasi inexistant. Le jeune choisit lui même son orientation. Au début de la réforme, les acteurs n'étaient pas convaincus de son bien fondé, aujourd'hui, les jeunes finlandais et toute la société en mesurent l'efficacité.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs