Accueil Léna

Berlin, Pays-Bas, Angleterre: le tour d’Europe des Polonaises qui veulent avorter

Plus encore depuis le vote de la nouvelle loi anti-avortement en Pologne, nombreuses sont celles qui font douze heures de car, sans connaître la langue du pays où elles se rendent, et avec 10 euros en poche.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La nouvelle loi anti-avortement en Pologne touche avant tout les plus démunies. Les femmes qui viennent chez nous font douze heures de voyage en autocar depuis Rzeszów, parce que c’est le moins cher. L’Etat ne devrait pas abandonner ses ressortissants de la sorte, surtout dans des moments aussi difficiles. » Anna, 30 ans, du groupe berlinois Ciocia Basia qui vient en aide aux femmes qui veulent avorter, est le premier contact de celles qui viennent de Pologne. « Beaucoup n’arrivent même pas à prononcer le mot “avortement”. Elles écrivent : “Je voudrais LE faire.” Souvent, elles doivent passer par tout un processus au cours duquel elles sont en lutte avec une pensée : en prenant cette décision, ne vont-elles pas tuer un être humain ? »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs