Accueil Monde Europe

L’Allemagne tourne la page Merkel : Angela la pseudo-écologiste

La chancelière a engagé tardivement l’Allemagne dans la transition écologique en défendant l’industrie automobile jusqu'au bout. Elle a réagi à la pression de la rue tant pour l’abandon du nucléaire que pour le calendrier de sortie du charbon.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les Allemands n’ont pas oublié la mise en scène de l’été 2007, au Groenland, devant un glacier menacé par le réchauffement climatique. Habillée d’une veste rouge, Angela Merkel voulait se profiler en « chancelière du climat ». L’ancienne ministre de l’environnement d’Helmut Kohl tenait à rappeler à ses administrés qu’elle voulait tenir les objectifs suivants : « Pas question de dépasser deux degrés de plus ! », disait-elle à l'époque. « Les pays industriels doivent donner l’exemple sinon nous ne parviendrons pas à lutter contre le changement climatique », avait-elle déclaré.

Autour de son bateau, quatre autres embarcations sont pleines à craquer de photoreporters et de journalistes. L’opération de communication est vivement critiquée par l’opposition. « Vous faites une erreur historique en faisant de la politique environnementale avec des symboles », attaque alors Reinhard Bütikofer, le président du parti écologiste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs