Accueil Opinions Éditos

Allemagne: tout change pour que rien ne change?

Angela Merkel quitte le paysage politique allemand et il y a de fortes chances que rien ne change radicalement après les élections de ce dimanche.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement, quel(s) que soi(en)t le ou les partis vainqueurs des élections de dimanche.

Pourquoi changer une gouvernance qui garantit la popularité ? Pourquoi modifier des politiques qui ont donné au pays une prospérité record et la fin du chômage de masse ? Pourquoi sortir de cette non-intervention géopolitique mondiale qui a permis de protéger l’excellence exportatrice ? Pourquoi réformer l’Europe alors qu’elle profite économiquement au pays et à ses habitants ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, samedi 25 septembre 2021, 20:44

    Je resterai toujours ébahi par l’étendue des connaissances de B. Delvaux. Traiter une telle diversité de sujets sans aucune nécessité d’aller sur place ni même de connaître la langue locale dans de nombreux cas, là ça me remet vraiment à ma place de misérable « troll poutinien ». Je suis impatient de lire son éditorial sur la toutologie pour tenter de remédier modestement à mes lacunes.

  • Posté par Weissenberg André, samedi 25 septembre 2021, 19:25

    Tout faux. Si Macron est réélu en 2022 comme c'est à prévoir, il y aura un shift en faveur de la France au sein du couple franco-allemand. Aucun des trois candidats chancelier n'a la carrure suffisante pour s'affranchir des problèmes internes à sa formation et s'imposer à Macron, même un Macron à la tête d'une France en mauvaise posture sur le plan économique. Un exemple concret de ce qui va changer? La (mauvaise) influence allemande, promotrice du recours aux énergies intermittentes inefficaces, et qui est à l'origine d'une transition énergétique en totale faillite vers ces énergies intermittentes, cessera enfin de s'exercer; tout la logorrhée et la propagande climatistes devraient elles aussi tout doucement cesser d'être audibles, au bénéfice des voix prônant l'utilisation rationnelle des deniers publics au soutien de mesures concrètes, à l'efficacité reconnue, mesurable et vérifiable d'adaptation au changement climatique et aux événements météorologiques extrêmes, plutôt que leur affectation à des projets chimériques à l'efficacité douteuse et ne reposant sur aucune base scientifique solide, sérieuse et incontestée, comme toutes les mesures destinées à "lutter" et à réduire le CO2 - en pure perte - et qui sont en réalité une arme à double tranchant utilisée par les USA et la Chine dans la guerre économique que se livrent les trois blocs, un peu comme l'était la fameuse et prétendue "guerre des étoiles" initiée par Ronald Reagan pour mettre à terre l'économie soviétique par des ponctions insupportables par l'économie civile et au profit de la défense.

  • Posté par Pelgrims Alain, samedi 25 septembre 2021, 11:24

    une belle personne !

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs