Accueil Sports Football Football à l'étranger

Ronnie Brunswijk, vice-président du Surinam, suspendu trois ans par la Concacaf après avoir disputé un match

Il avait disputé le huitième de finale aller de la Ligue de la Concacaf avec l’Inter Moengotapoe dont il est le propriétaire.

Temps de lecture: 3 min

L’actuel vice-président du Surinam, Ronnie Brunswijk, qui avait participé mardi dernier en tant que joueur à un match officiel entre l’Inter Moengo Tapoe, dont il est propriétaire, et le club hondurien d’Olimpia, avant d’être vu distribuant de l’argent aux joueurs adverses, a été banni pour trois ans par la Concacaf.

« Après avoir évalué les actions mises en évidence dans une vidéo, qui a circulé sur les réseaux sociaux après le match de Ligue de la Concacaf Inter Moengo Tapoe contre le CD Olimpia, et examiné les déclarations écrites fournies par les deux clubs, la Commission de discipline a déterminé que de graves violations des règles d’intégrité se sont produites », a indiqué la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes.

« En conséquence de ces violations des règles, il a été décidé que M. Ronnie Brunswijk est banni pendant trois ans de toute participation, à quelque titre que ce soit, aux compétitions de la Concacaf », poursuit le communiqué.

« Les deux clubs ont en outre été disqualifiés et exclus de l’actuelle édition de la compétition, avec effet immédiat », a également décidé l’instance.

La Concacaf a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête, au lendemain de la participation à un match d’une compétition de clubs de l’actuel vice-président du Surinam et ancien guérillero, Ronnie Brunswijk, 60 ans, ensuite vu distribuant de l’argent aux joueurs de l’équipe adverse.

Ancien guérilléro

La vidéo qui a permis à la Concacaf de donner corps aux soupçons de corruption montrait Brunswijk en train de distribuer de l’argent aux joueurs d’Olimpia dans leur vestiaire, dans une ambiance de liesse, après le 8e de finale aller de la ligue de la Concacaf largement remporté par l’équipe hondurienne (6-0).

Auparavant, cet ancien guérilléro et qui se trouve être le propriétaire de l’Inter Moengo Tapoe, s’était désigné comme titulaire – et capitaine – de son équipe, et avait joué pendant 54 minutes, en attaque, aux côtés de son fils Damian Brunswijk.

La Concacaf a assuré « continuer d’enquêter sur cette affaire, ainsi que sur les autres personnes impliquées, et se réserve le droit de soumettre toute preuve supplémentaire à sa commission de discipline » pouvant entraîner d’autres éventuelles sanctions.

Ancien sergent de l’armée, Ronnie Brunswijk avait pris les armes devenant un chef rebelle contre le dictateur Desi Bouterse dans les années 1980.

Riche homme d’affaires, il a été condamné pour trafic de drogue par contumace à 8 ans de prison en 1999 par la justice néerlandaise (dont le Surinam est une ancienne colonie) et à 10 ans par la justice française, mais le Surinam n’extrade pas ses ressortissants.

Elu député en 2005, il s’était récemment allié avec l’ancien ministre de la Justice de son pays, Chandrikapersad Santokhi, chef de la principale organisation politique d’opposition.

M. Santokhi a été élu par acclamation en juillet 2020 président et Brunswijk, vice-président par le Parlement pour un mandat de cinq ans à la tête de ce pays de quelque 600.000 habitants, frontalier avec la Guyane française, exportateur d’or et de pétrole.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football international

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir