Accueil Société

Affaire Chovanec: durant deux jours, une reconstitution très attendue

Durant deux jours, la juge d’instruction va écouter les acteurs du dossier et des experts sur les lieux du drame, à l’aéroport de Charleroi.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Ces lundi et mardi se tient la reconstitution des faits qui ont mené au décès de Jozef Chovanec, ressortissant slovaque mort en février 2018 après son interpellation à l’aéroport de Gosselies. La juge d’instruction et toutes les parties vont, durant deux jours, écouter les acteurs de l’époque et des experts sur les lieux mêmes, notamment dans la cellule de l’aéroport de Charleroi où M. Chovanec a perdu connaissance avant de décéder quelque temps après.

Il s’agit du dernier acte d’enquête important dans ce dossier, qui avait connu un retentissement considérable à l’été 2020 lorsque les images de vidéosurveillance de la cellule avaient fuité dans les médias.

« Mon attente est que cette reconstitution puisse permettre à chaque partie – y compris Madame Chovanec qui a droit à la vérité – sous la direction de la juge d’instruction, d’analyser tous les actes qui ont été posés ce jour-là, dès le moment où M. Chovanec a posé le pied à l’aéroport », explique Me Jean-Paul Schonnartz, le conseil de 18 policiers dans ce dossier (dont deux présents dans la cellule, mais pas la policière ayant effectué le salut nazi). L’avocat espère que « toutes les parties pourront poser leurs questions aux experts médecins » tout en regrettant les fuites répétées – « odieuses », dit-il – d’extraits du dossier d’instruction. « Pour ma part, je ne ferai pas de cette reconstitution une tribune ou un prétoire délocalisé. »

La semaine dernière, une expertise avait été dévoilée par RTL. Elle indiquerait que le décès ne serait ni imputable aux gestes des policiers, ni au calmant injecté à M. Chovanec avant son décès, mais bien aux coups à la tête que s’était elle-même infligés la victime dans un accès de délire. En réaction à cette fuite, le procureur général de Mons a ouvert un nouveau dossier pour violation du secret professionnel. « Le ministère public tient à souligner que dans ses conclusions, le collège d’experts “estime qu’il doit attendre, avant de conclure définitivement, les résultats de la reconstitution”  », écrit le procureur général Ignacio de la Serna. Cette reconstitution est donc très attendue par tous les acteurs du dossier.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko