Accueil Opinions

Faouzia Charfi: «La rupture entre l’islam et les sciences est nécessaire»

Faouzia Charfi, professeure à l’Université de Tunis, revisite dans « L’islam et la science » l’histoire des sciences en pays d’islam, de l’ouverture à l’assujettissement à des fins pratiques et religieuses.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 4 min

Faouzia Charfi trace dans son dernier essai L’islam et la science. En finir avec les compromis, publié chez Odile Jacob, l’évolution de l’enseignement des sciences dans les pays du monde musulman : les avancées réalisées par les savants, le déclin des sciences arabes et les limites des réformistes musulmans qui ont fait le choix de la conciliation entre l’islam et la science. La physicienne et professeure à l’Université de Tunis dénonce la tromperie de l’islamisation des connaissances et appelle à une séparation entre la sphère religieuse et la sphère scientifique.

Vous détaillez, dans un long récit, les relations entre la science et l’islam. Après une science arabe foisonnante, pourquoi un déclin s’opère-t-il au XIe  siècle ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par De Potter Claude, lundi 27 septembre 2021, 16:30

    Un très grand merci Madame Faouzia Charfi pour votre vision éclairée et lucide de la laïcité.

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs