Accueil Monde Asie-Pacifique

L’ONU tiraillée entre talibans et diplomates rebelles

L’ambassadeur afghan Ghulam Isaczai devait s’exprimer devant l’assemblée générale de l’ONU. Le changement de régime en a décidé autrement. Le matin même, son nom avait disparu de la liste des intervenants. En arrière-fond, les négociations avec le nouveau régime en Afghanistan. Un problème semblable s’est présenté pour la Birmanie.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 3 min

Allait-il s’exprimer, ou raser les murs ? Représentant d’un régime déchu, l’ambassadeur afghan Ghulam Isaczai se trouvait à l’avant-dernière place sur la liste des intervenants à l’assemblée générale de l’ONU ce lundi. Le matin même, cependant, son nom avait disparu en ligne, tout comme celui de son alter ego birman Kyaw Moe Tun, lui aussi en butte à un nouveau régime non démocratique au pays.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par David Eric, mardi 28 septembre 2021, 9:13

    Les organisations internationales sont souveraines dans l'appréciation des pouvoirs des représentants qui sont envoyés par les Etats membres. Ainsi, l'ONU a refusé l'accréditation des représentants de l'Afrique du Sud de l'apartheid entre 1974 et 1993. Il y a bien d'autres exemples. Elle pourrait en faire de même à l'égard des représentants de l'Afghanistan des Talibans.

  • Posté par Gabriel Jacqueline, mardi 28 septembre 2021, 16:40

    Vous avez probablement raison, mais ne serait-il pas possible de revoir certaines règles du passé et d'évoluer vers plus de dialogues?

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs