Accueil Opinions Chroniques

La «Lettre d’Ivan De Vadder»: le devoir de nos dirigeants

Les Commissions parlementaires sont indispensables pour faire toute la clarté sur des événements qui touchent la population. D’autant plus lorsqu’il apparaît, comme dans le cas de la pollution à Zwijndrecht, que des informations capitales ont été dissimulées.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Une commission d’enquête parlementaire est l’instrument le plus puissant que les parlementaires ont à leur disposition. Selon le Crisp, une telle commission peut exercer son droit à enquêter pour tirer les leçons d’une crise, établir des responsabilités politiques ou légiférer en conséquence.

Deux parlements régionaux viennent d’installer simultanément une commission d’enquête, dans deux dossiers tout à fait différents. Au parlement wallon, il s’agit d’enquêter sur la gestion de l’eau et la tutelle sur les zones de secours lors des inondations dévastatrices de juillet. Au parlement flamand, il s’agit de la pollution au PFOS, liée à l’usine 3M implantée de longue date à Zwijndrecht. L’affaire secoue le nord du pays depuis plusieurs semaines.

Deux commissions sur deux sujets tout à fait différents, mais bien inspirées de la même idée : examiner pourquoi nos dirigeants n’ont pas été capables de protéger les citoyens.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Schoonbroodt Hubert, vendredi 21 janvier 2022, 19:45

    Il me semblait qu’en Flandre, ce qu’elle faisait elle même, elle le faisait mieux. Non ?

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: La réforme de la politique agricole commune: une dernière chance pour l’environnement et le climat?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : L’intensification forcenée des méthodes de production agricole a fait de l’agriculture une ennemie et non plus une alliée du milieu naturel. Le niveau d’ambition environnemental et climatique affiché par la politique agricole commune réformée 2023 – 2027 pourrait-elle changer le paradigme ? Les financements conséquents qui sont programmés pour les quatre prochaines années suffiront-ils pour sauver l’arche de Noé ? Ou faut-il craindre qu’en raison d’une décentralisation accentuée les nouvelles mesures de soutien aux agriculteurs relèveront du greenwashing comme ce fut souvent le cas dans le passé ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs