Accueil Société

Recalé par des policiers pour ses connaissances académiques, un étudiant congolais placé en centre fermé crie à l’arbitraire

Junior Masudi Wasso est en attente d’expulsion. Il était arrivé à Zaventem le 18 septembre, équipé d’un visa étudiant et doté d’une autorisation d’inscription à l’UCLouvain. À la douane, des policiers ont jugé ses connaissances académiques trop faibles, estimant sur cette base que le motif de son voyage était suspect. Le jeune homme, son avocate et des associations dénoncent une décision arbitraire.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

Il souhaitait rejoindre les bancs de l’université, le voilà privé de liberté au centre fermé Caricole de Steenokkerzeel depuis plus de 10 jours. Le jeune Junior Masudi Wasso, 20 ans, ressortissant de la RDC, est arrivé depuis Kinshasa à l’aéroport de Zaventem le 18 septembre dernier, vers 6 heures du matin. Dans sa poche, un visa D (de long séjour) valide jusqu’en mars 2022, un passeport en règle, une série de documents approuvés par l’ambassade belge et une autorisation d’inscription à l’UCLouvain, où il devait entamer un cursus en Sciences économiques et management.

À la douane, ce jour-là, il se fait interpeller par des inspecteurs de la police aéronautique. Il ne quittera l’aéroport que plusieurs heures plus tard, au terme d’une longue journée d’interrogatoire. Direction le centre fermé, où à ce stade, il se trouve toujours, en attente de son renvoi vers la RDC, ordonné par l’Office des Étrangers.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Remacle José, lundi 4 octobre 2021, 7:21

    Et évidemment puisque son père fait partie des cadres (inspecteur des finances) cela va prendre un caractère "diplomatique". L'O.E. aura peur de brouiller la petite Belgique avec la grande république du Congo.

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 4 octobre 2021, 14:30

    Ne soyez pas ridicule monsieur Remacle José. Mettez-vous juste un instant à la place d'un passager lambda; avec TOUS ses papiers en ORDRE; qui allait en voyage d'affaire pour discuter business avec sa contrepartie à l'étranger . Et vous voilà arrêté par l'immigration et interrogé (après une nuit blanche!) pour connaître les dessous de vos dossiers !! ... et au final >>> expulsé au motif que "vous n'êtes pas crédible" ! Ha! Ha! Ha! : Vous ne seriez quand même pas d'accord ? Non? C'est tout et stop aux bla bla bla .

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 3 octobre 2021, 20:41

    Cette affaire est aussi rocambolesque que celle du militant ; incarcéré par le tyran Loukachenko ; après un détournement d'un vol Ryanair vers la Bielorussie ! Vous voyez déjà vous rendre dans un pays tiers ... et soumis à l'expulsion après un interrogatoire surprise, faisant appel à des souvenirs lointains, sans avoir fermé l’œil 24 h et ... alors que TOUS vos documents sont en règle ?? Et ces "interrogateurs" ont-ils au moins un diplôme valide ? Outre l'incident diplomatique dont nous allons tous pâtir ... la Belgique va devenir la risée de l'Europe (qui donne des leçons de morale à la Hongrie SVP ! ). Libérez JUNIOR immédiatement et présentez vos EXCUSES tant que le ridicule n'a pas encore tué !

  • Posté par Demaseure Thierry, jeudi 30 septembre 2021, 16:51

    La première question que je me pose se situe au niveau des compétences des inspecteurs de la police aéronautique pour vérifier les connaissances d'un étudiant, la deuxième question qui en découle étant leur niveau d'études. Ce qui est certain, c'est qu'un diplôme du secondaire suffit pour postuler au grade d'inspecteur de police. De quel droit prétendent-ils donc vérifier les connaissances d'un étudiant titulaire d'un diplôme dont l'équivalence est reconnue par rapport au diplôme de secondaire belge, étudiant qui de plus ne comprend pas ce qui lui arrive et se retrouve dans un état de stress bien compréhensible ... Ma troisième question est de savoir si la porte-parole de l'Office des Etrangers est simplement maladroite ou vraiment hypocrite lorsqu'elle déclare que « l’appréciation que font les services des autorités de contrôle à l’aéroport ne nous appartient pas » alors que c'est bien l'Office des Etrangers qui en finale prend la décision ainsi que le souligne le porte-parole de la Police Fédérale. Même question lorsqu'elle déclare encore que, « à la frontière, les agents de la police aéroportuaire doivent vérifier si les conditions qui étaient remplies au moment de l’octroi du visa sont toujours bien remplies au moment du contrôle ». Or, je ne vois absolument pas ce qui en l'espèce aurait pu changer au niveau des diplômes et des connaissances de l'intéressé entre l'octroi de son visa et son arrivée en Belgique. Je crains donc plus que sérieusement qu'une fois de plus malheureusement il s'agisse d'un abus de pouvoir manifeste de la police aéronautique qui n'en est effectivement pas à ses premiers abus condamnables, abus de pouvoir couvert malheureusement également comme d'habitude par l'Office des Etrangers. Ma dernière question ne devrait pas se poser, mais je me demande quand même si les inspecteurs concernés auraient posé les mêmes questions à des étudiants caucasiens venant de Serbie, de Norvège ou tout autre pays hors Union européenne ... si tant est d'ailleurs qu'ils aient bloqué l'entrée de ces caucasiens pour les interroger. Et Monsieur MAHDI se mure apparemment dans le silence ... J'ai mal à mon pays !

  • Posté par Remacle José, lundi 4 octobre 2021, 7:24

    Interroger le candidat sur le tableau de Mendeleiev cela relève quand même d'une certaine connaissance ? D'autre part, ras le bol ! de ceux qui tente par tous les moyens de trouver du racisme dans l'attitude des officiers de l'O.E.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs