Accueil Société

Les baptêmes étudiants à nouveau dans le viseur

Deux incidents ont eu lieu sur le campus de Louvain-la-Neuve cette semaine. L’un s’est produit lors d’une activité de baptême. Malgré l’existence d’une charte, généralement adoptée et respectée, le risque zéro n’existe pas.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Après une année d’accalmie en raison de la crise sanitaire, l’image du folklore étudiant est une nouvelle fois ébranlée. Non pas par un, mais deux incidents en moins d’une semaine. L’un se serait déroulé dans la sphère privée – l’enquête est toujours en cours –, l’autre s’est produit lors d’une activité de baptême. Si la jeune femme est depuis sortie des soins intensifs, cet événement remet sur la table la question épineuse du baptême étudiant.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Vigneron Anne, jeudi 30 septembre 2021, 21:07

    manipulation bien entendu, la soumission à la connerie par peur de ne pas recevoir de soutien par la suite. C'est totalement faux car si l'étudiant est organisé, assidu a cours, qu'il travaille, il n'aura jamais besoin de mendier de l'aide. Dans la société, c'est la même chose qui se produit, toujours la peur de... qui empêche d'être soi, de décider. Ces pratiques barbares doivent cesser

  • Posté par Renoy Christian, jeudi 30 septembre 2021, 22:26

    Une tradition qui ne se justifie plus du tout au XXIème siècle, avec des pratiques d'humiliation d'un autre âge. L'université sera-t-elle la dernière à évoluer dans notre société ?

  • Posté par Frédéric DUFOUR, jeudi 30 septembre 2021, 11:00

    Point de vue du français que je suis : toutes ces pratiques devraient être interdites purement et simplement car elles occasionnent chaque année des blessures, voire des décès. Autre raison : elles occasionnent des manipulations mentales et psychologique. Exemple nommément cité dans cet article à titre d'argument : "Avant d’être en difficulté, l’étudiante n’a montré aucun signe permettant de prévenir une indisposition. Elle n’a pas non plus manifesté le souhait d’interrompre l’épreuve du baptême, sans quoi tout se serait arrêté comme le prévoit la charte." Dans ce type de situation, même si un étudiant se sent défaillir, la plupart du temps, il continuera de suivre le mouvement et n'opposera aucune résistance à cause du mouvement de groupe. L'interdiction deviendra nécessaire ; n'attendez pas de morts supplémentaires.

  • Posté par stals jean, mercredi 29 septembre 2021, 21:37

    Ouf, ces deux jeune filles semblent hors de danger de mort... ils ont encore une fois eu chaud aux fesses, aussi bien les autorités académiques que les anciens sensés encadrer "la bleusailles" qui se prêtent de plus en plus souvent avec des pieds de plomb, à ces "jeux de rôles" présentés comme "franches rigolades, par les petits caporaux futurs élites de la Nation... Ces "baptêmes- beuveries" signes de pseudo appartenance, qui d'ailleurs sont aussi le fait des sportifs, des militaires, des pompiers, mais pas du tout pour les mêmes raisons, sont autant de pratiques "folkloriques" imbéciles comme mille et une autres ce qui donnent à penser que l'imbécilité humaine est très souvent congénitale...L'excision du clitoris aussi est encore et toujours une autre pratique ancestrale et folklorique obligée et "rigolote" ..."Comme disait Lino Ventura: les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait...

  • Posté par David Eric, jeudi 30 septembre 2021, 9:03

    Excellente référence à cette formule de Lino Ventura pour caractériser les baptêmes étudiants. Le drame, c’est que les baptisés sont assez cons pour s’y soumettre.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs