Accueil

Des métis en quête de leurs origines

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Durant les premiers temps de la colonisation, les Belges arrivaient seuls au Congo et la plupart d’entre eux, par nécessité ou par attirance, se mettaient en couple avec une « ménagère ». Ces unions furent rarement légalisées et les enfants métis, qui n‘étaient presque jamais reconnus par leur père, furent le plus souvent tenus dans l’ignorance de leur famille et confiés à des congrégations religieuses qui leur donnèrent une éducation séparée. Au moment de l’indépendance toutes les pistes furent brouillées…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs