Accueil Société Enseignement

Enseignement supérieur: les résultats sont meilleurs depuis le covid

Dans les universités, le taux de réussite est en hausse par rapport aux années pré-covid. Les résultats restent stables dans le supérieur. De quoi confirmer la tendance rassurante des sessions précédentes.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Les résultats des examens de septembre dans les universités et hautes écoles de la Fédération sont connus. Malgré les bouleversements inhérents à la crise sanitaire, le taux d’examens réussis est supérieur à celui d’une année normale. Notamment pour les élèves de première année qui, on le sait, sont généralement les plus en difficulté. Dans les universités, le taux de réussite est de 44,3 %, contre 40,84 % deux ans auparavant. Cette évolution positive se marque également en master : 74,22 % de réussite, contre 71,74 % en septembre 2019. « Dans un contexte difficile, les résultats de cette session de septembre 2021 confirment les tendances plutôt rassurantes déjà constatées durant les sessions de janvier et de juin », souligne d’emblée la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR).

En combinant les résultats des sessions de juin et de septembre, ce constat de réussite à la hausse se voit renforcé. Les primo-arrivants enregistrent un taux de réussite supérieur de plus de 5 % par rapport à 2019. Il passe en effet de 46 à 51,5 %. L’évolution est de 2 % pour les autres années d’étude. « Les étudiants de nos universités francophones présentent des taux de réussite légèrement supérieurs à une année normale, y compris en début de parcours. Ils ont pu s’adapter en dépit des conditions difficiles imposées par la crise sanitaire et s’inscrire sur une trajectoire de réussite, même si ces résultats ne doivent toutefois pas occulter des difficultés individuelles éventuelles. Ces chiffres illustrent les efforts consentis par eux, mais aussi par les établissements et le corps professoral », déclare Valérie Glatigny. Le cabinet de la ministre indique que cette tendance se marque « autant pour les examens en présentiels qu’en distanciel », de quoi écarter le motif de tricherie.

Plusieurs hypothèses

L’Ares (l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur) avance plusieurs hypothèses pour expliquer ces bons résultats : les périodes de confinement ont poussé les étudiantes et étudiants à travailler davantage ; certains professeurs ont modifié leur façon d’enseigner en privilégiant les petits groupes de travail, ce qui a permis un meilleur accompagnement de la part du corps professoral ; le mode d’évaluation a été modifié (examens remplacés par des travaux notamment).

Précisons tout de même que les résultats de cette année académique sont moins bons qu’en 2019-2020 où les chiffres de réussite étaient en hausse de 7 à 8 %. L’année précédente, un appel à la bienveillance avait été lancé à destination des enseignants. Sans compter qu’après un an et demi de cours à distance, certains étudiants se sont sans doute lassés. Mais jusqu’à présent, aucune étude n’a été menée afin d’expliquer cette augmentation de réussites.

Réussite stable en haute école

Dans les hautes écoles, sur la base d’un échantillon non exhaustif cette fois, le taux moyen de réussite par cours en seconde session est en légère baisse – de 53 % en septembre 2019 à 48 % en septembre 2021. Toutefois, le niveau de réussite sur l’ensemble de l’année académique est similaire : de 73 % en 2018-2019 à 72 % en 2020-2021. Les performances des étudiants inscrits dans les hautes écoles supérieures des arts restent stables à la lecture des premiers résultats.

Le taux de participation (la part d’examens présentés par rapport au volume global d’épreuves) reste stable dans les hautes écoles. En revanche, il baisse légèrement dans les universités. C’est particulièrement le cas pour les étudiants de bloc 1 : il est passé de 77,53 % en 2019 à 73,87 %. La tendance n’est pas significative pour les étudiants de master (de 80,11 % à 79,98 %). « La reprise d’un enseignement à 100 % en présentiel après plus d’un an d’apprentissages majoritairement en distanciel est un soulagement pour tous. Elle devrait permettre aux étudiants de tourner progressivement la page du covid, et de retrouver une relation pédagogique normale avec leurs professeurs et des contacts sociaux entre étudiants », conclut la ministre de l’Enseignement supérieur.

À lire aussi Enseignement supérieur: comment expliquer les bons résultats

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Baillieux Claude, jeudi 30 septembre 2021, 20:25

    Il faut surtout noter la "bienveillance" des professeurs cad aussi leur comprehension de la situation ,en general... A noter aussi que la solution de cours interactifs par video ,enregistres et diffuses aux etudiants qui peuvent les revoir et qui peuvent reinterpeller leur professeur , a une efficacite certaine (dependant du prof)

Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs