Accueil Culture Livres

Le père, le fils et les mondes vivants

Une fois encore, Richard Powers fait œuvre littéraire en utilisant la science comme ressort romanesque dans « Sidérations ». Lisez le premier chapitre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Richard Powers n’est pas de ces écrivains pour qui la science est un arrière-plan décoratif dont les éléments se copient/collent à partir de Wikipédia sans se soucier de savoir si le lecteur va les comprendre, sans se soucier d’ailleurs de les comprendre soi-même car, après tout, la littérature n’est pas là pour vulgariser ce qui nous dépasse. Chez Powers, au contraire, les recherches les plus pointues participent au récit et fournissent matière à réflexion. Il l’a démontré souvent et récidive avec bonheur dans Sidérations.

Ce roman, comme les précédents, est par ailleurs incarné par des personnages complexes qu’on croit parfois avoir rencontrés dans la vraie vie tant ils sont présents et attachants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs