Accueil Monde Europe

Italie: sous l’acceptation du «pass sanitaire élargi», la grogne monte

Malgré le consensus dont bénéficie le gouvernement de Mario Draghi, les braises de la contestation brûlent sous la surface. Entre « super pass sanitaire » et reprise économique, c’est le paradoxe italien.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

D’un côté, un gouvernement à la détermination farouche, volontariste, se propulsant résolument vers l’avenir. De l’autre, un pays, encore ébranlé par les souvenirs de la pandémie, qui paraît parfois dans un état d’hypnose, souvent dérouté et apparemment docile.

L’adoption, par l’exécutif de Mario Draghi, du « super pass sanitaire », qui entrera en vigueur le 15 octobre prochain, dans tous les lieux de travail, publics et privés, de la Péninsule, a ainsi été accueillie favorablement par le patronat – qui considère le président du Conseil comme « l’homme de la nécessité historique » –, mais vient aussi d’être acceptée, contre toute attente, par les principaux syndicats nationaux. Malgré la nature inédite de cette mesure – sans égal en Europe – et l’inusuelle fermeté des autorités, les critiques à l’échelle nationale se sont révélées, ces dernières semaines, relativement isolées.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Coppens Jean-pierre , samedi 2 octobre 2021, 12:06

    La mesure qui impose le « Green Pass » pour pouvoir accéder à son lieu de travail est évidemment très autoritaire. Cela oblige 23 millions de travailleurs à se mettre en ordre de vaccination. Mais le fait est que presque tout le monde est d’accord avec cette décision : le gouvernement, le patronat et les syndicats ! Seul le parti d’extrême-droite Fratelli d’Italia est contre. On verra d’ici quelques mois si l’Italie s’en sort mieux que les autres pays du point de vue sanitaire et en ce qui concerne la relance économique.

  • Posté par Pire Bernard, vendredi 1 octobre 2021, 12:44

    Pauvre Italie, pionnière du fascisme et à nouveau dans la voie de l.autoritarisme sous couvert de bien-être sanitaire. Très pratique ces boniments altruistes pour faire passer ce qu’on veut. Si tu m’aimes, tu feras ceci, si tu veux me protéger, tu feras ça… Le pire, c est que ça marche sur des populations lobotomisées par la propagande médiatique.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 30 septembre 2021, 18:24

    Adolphe fut et reste un démocrate modèle... selon certain bonimenteur de là-bas

  • Posté par Boer Mr, jeudi 30 septembre 2021, 17:02

    Draghi, un technocrate sans âme.

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, jeudi 30 septembre 2021, 16:28

    Draghi, non élu, personnage de l'Oligarchie mondialiste à la sauce Goldman Sachs, à la tète d'un gouvernent autoritaire décidé à faire passer l'agenda globaliste. Pauvre Italie.

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs