Accueil Monde Union européenne

Crise des sous-marins: les négociations commerciales entre l’UE et l’Australie interrompues

Les négociations pour un accord commercial de libre-échange sont reportées d’un mois, après la décision de l’Australie de se retirer d’un contrat de 56 milliards d’euros pour l’achat de sous-marins français en faveur de navires américains.

Temps de lecture: 2 min

Des négociations, prévues de longue date, sur un possible accord de libre-échange (ALE) entre l’Australie et l’Union européenne ont été reportées, a déclaré vendredi un responsable européen, après la fureur suscitée par la décision de Canberra d’annuler un important contrat de sous-marins français.

« Le cycle commercial de l’ALE a été reporté d’un mois jusqu’en novembre », a déclaré à l’AFP un responsable de l’UE à Canberra, jetant le doute sur l’avenir de ce pacte de grande envergure.

Le ministre australien du commerce, Dan Tehan, qui devait se rendre en Europe pour les négociations, a minimisé la décision dans une déclaration à l’AFP.

« Nous comprenons la réaction de la France à notre décision concernant les sous-marins, mais en fin de compte, toute nation doit agir dans son intérêt national – ce qu’a fait l’Australie », a-t-il déclaré.

M. Tehan a indiqué qu’il prévoyait de rencontrer le commissaire européen au commerce Valdis Dombrovskis la semaine prochaine.

« Nous continuerons à nous préparer pour le 12e cycle de négociations et à travailler à la conclusion d’un accord de libre-échange qui soit dans l’intérêt de l’Australie et de l’UE », a-t-il déclaré.

Le mois dernier, l’Australie a rompu sans avertissement le contrat portant sur l’achat de douze sous-marins français à propulsion conventionnelle pour une valeur de 90 milliards de dollars australiens (55 milliards d’euros), choisissant d’acheter à la place des navires à propulsion nucléaire de conception américaine.

Cette décision a provoqué un conflit diplomatique majeur avec la France, qui a déclaré publiquement qu’elle ne pouvait plus faire confiance au gouvernement australien, accusant les fonctionnaires de mentir et remettant en question la poursuite de l’accord commercial.

L’UE est le troisième plus grand partenaire commercial de l’Australie. En 2020, les échanges de biens entre les deux économies ont été évalués à 36 milliards d’euros et à 26 milliards d’euros pour les services.

Le prochain cycle de négociations devait porter sur des domaines tels que le commerce, les services, les investissements et les droits de propriété intellectuelle.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Lombard Fernande, vendredi 1 octobre 2021, 10:58

    On peut très bien mettre ces négociations commerciales au frigo et les ressortir dans soixante ans. 60 ans, c'est le délai que prennent les yanki's pour congeler les informations où ils sont impliqués lors d'un assassinat politique, un coup d'état etc etc ....

  • Posté par HERMAN Romuald, vendredi 1 octobre 2021, 9:45

    Intéressant article renseigné par M. Martin Roland sur www.menapress.org, mais enfin avec un peu de parti pris aussi et avec des argumentations parfois fallacieuses ou limites boiteuses, bien que comportant aussi des éléments très valables. Je n’ai malheureusement pas le temps de disserter là-dessus. Une chose cependant : si le milieu du marché des armes est un milieu pourri et sans scrupules comme relaté dans l’article proposé par M. Martin Roland, on parle ici de tout autre chose : des accords commerciaux censés profiter aux DEUX parties. Quand le ministre australien du commerce dit déjà sans sourciller que « (…) toute nation doit agir dans son intérêt national – ce qu’a fait l’Australie », on a déjà compris !! Le brol européen sera encore floué comme avec les fameux accords Mercosur et Ceta. Désolé, mais les Australiens ont montré au grand jour la duplicité des peuples anglo-saxons avec leurs frères Américains et Britanniques et jamais, au grand jamais, il ne faut signer un accord commercial avec ces gens-là ni leur faire confiance !

  • Posté par Martin Roland, vendredi 1 octobre 2021, 8:44

    Lire l'analyse des vraies raisons concernant cette affaire sur www.menapress.org en date du samedi 25 septembre ...

  • Posté par Le Maigat Damien, vendredi 1 octobre 2021, 16:05

    Déjà, vous auriez dû expliquer qui est Menapress. Un site d’opinion / propagande israélien pro sioniste (mais qui se présente é videment comme un média d’information), particulièrement controversé. Une fois qu’on a planté le décor, on comprend mieux leur tropisme pro USA. Cet ‘article’ est un fatras d’opinons : ‘Nous n’avons quant à nous aucune raison logique de ne pas croire Scott Morrison’ – phrase la plus drôle, ‘nous sommes convaincus’, ‘Je suis persuadé’…) ; là, on sent vraiment le journaliste hyper rigoureux…, de mensonges grossiers, mélangeant allègrement le Mali, Gaza, Zemmour/Mélenchon, le Liban, la ‘guerre faite aux juifs’, bla bla bla. Bref, un salmigondis indigeste destiné à faire croire au gogo qui le lit qu’il a affaire à un expert de la géopolitique mondiale. Alors de 2 choses l’une : ou vous êtes vous-même un gogo qui devrait vérifier ses sources, ou vous savez très bien ce que vous faites, et vous êtes un propagandiste à la petite semaine.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs