Accueil Monde États-Unis

Un revers pour Joe Biden

Faute d’accord, les chefs démocrates du Congrès américain ont reporté le vote sur un plan d’investissements dans les infrastructures voulu par Joe Biden.

Temps de lecture: 2 min

Après des heures de négociations frénétiques, les chefs démocrates du Congrès américain ont reporté le vote attendu jeudi pour approuver définitivement un vaste plan d’investissements dans les infrastructures voulu par Joe Biden, faute d’être parvenus à un accord entre l’aile gauche du parti et les plus centristes.

« Les parlementaires sont informés que plus aucun vote n’est attendu à la Chambre ce soir », a écrit le chef de la majorité démocrate Steny Hoyer.

La séance a été ajournée jusqu’à vendredi matin, lorsque les négociations se poursuivront afin de tenter de réconcilier les démocrates autour de ce plan de 1.200 milliards de dollars et du gigantesque projet de reformes sociales défendu par Joe Biden.

« Il y a eu beaucoup d’avancées cette semaine et nous sommes plus proches que jamais d’un accord », a réagi la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki. « Mais nous n’y sommes pas encore parvenus et nous allons donc avoir besoin de plus de temps pour finir le travail ».

Le plan d’investissements dans les infrastructures, l’un des plus importants de l’histoire américaine, avait été approuvé par le Sénat début août avec, fait rare, le soutien d’un tiers des républicains en plus des démocrates.

La présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi s’était engagée à organiser un vote définitif cette semaine auprès des élus centristes, soucieux de valider au plus vite ce projet très populaire auprès des électeurs et arguant qu’il offrirait un succès bienvenu au président américain, en difficultés.

Mais l’aile gauche du parti avait promis de le faire échouer, furieuse de ne pas avoir reçu l’engagement clair de la part de sénateurs centristes qu’ils approuveraient à leur tour le volet social, d’un montant titanesque de 3.500 milliards de dollars.

S’ils contrôlent le Congrès, la majorité démocrate au Sénat est si courte que toute défection peut anéantir les chances de passage d’un texte.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 1 octobre 2021, 10:02

    Quand on pense à une présidence de 4 ans aux Etats-Unis, souvent reconduite à 8 années, dans le cas de Joe Biden, il faut plutot parler de 2 années? En effet, les élections législatives de mi-mandat en novembre 2022 vont quasi-certainement favoriser les Républicains et leur rendre la majorité au Sénat et à la Chambre, ce qui paralysera de facto l'action présidentielle. Biden ne pourra alors plus gouverner que par décrets, ce qui est loin d'être idéal. Il est en effet fréquent que les élections de mi-mandat favorisent l'opposition, outre qu'elle suscite une faible mobilisation de l'électorat. La perte du Congrès par les Démocrates ouvrirait en outre une avenue pour une nouvelle présidence Trump.

  • Posté par Glossy P, samedi 2 octobre 2021, 11:37

    Au vu des campagnes de dénigrement dont Trump fait l'objet dans la presse, c'est loin d'être joué d'avance. Mais un ré-équilibrage de mi-mandat est certainement souhaitable. Surtout en ce qui concerne la diplomatie internationale, domaine ou Biden et son administration accumulent les erreurs.

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 1 octobre 2021, 9:53

    "S’ils contrôlent le Congrès, la majorité démocrate au Sénat est si courte que toute défection peut anéantir les chances de passage d’un texte." Le fait est que la plupart des décisions du Sénat se prennent à la majorité de 60 sénateurs sur les 100, avec un système qui n'est pas inscrit dans la constitution mais qui se pratique depuis le 19e siècle, appelé "Filibuster" (Flibuste) qui n'est généralement pas utilisé pour les débats sur le budget appelé "Reconciliation" qui se prennent à la majorité simple (51 sénateurs). L'intention, louable au départ, était d'obtenir des accords bi-partisans qui tiennent compte de la minorité. Or, dans le cas présent, la minorité Républicaine ayant décidé de bloquer l'administration Biden par tous les moyens, cela procède plus de l'obstruction pur et simple, et il est question d'abroger la flibuste. En l'occurence, 2 sénateurs démocrates, Joe Manchin et Kristen Sinema sont plus conservateurs que progressistes et refusent d'abroger la Flibuste, handicapant ainsi fortement l'agenda politique de l'administration Biden.

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 1 octobre 2021, 9:38

    "les chefs démocrates ... ont reporté le vote attendu un vaste plan d’investissements dans..." C'est tous les jours, plusieurs fois par jour, qu'il y a des flingues dans les titres du Soir en ligne. C'est si compliqué de se relire, ne serait-ce qu'une fois?

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs