Accueil Culture Musiques

Les «majors» du disque ne connaissent plus la crise

L’entrée en Bourse fracassante d’Universal démontre une chose : données pour mortes, les maisons de disques se portent à merveille dans une industrie à nouveau florissante. Mais ce « nouvel âge d’or » ne profite pas à tout le monde.

Article réservé aux abonnés
Journaliste aux services Culture et Médias Temps de lecture: 5 min

Mardi 21 septembre : Universal Music Group, la plus grosse des majors du disque, a fait une entrée fracassante à la Bourse d’Amsterdam. Son titre a bondi de près de 40 % à 18,5 euros par action. Soit une valorisation à près de 45 milliards d’euros, bien plus que les 33 milliards qui étaient annoncés avant le lancement.

Pourtant, lorsqu’en 2014, Vincent Bolloré a pris le contrôle de Vivendi, maison mère d’Universal, la maison de disques valait « à peine » 7 milliards d’euros. L’industrie de la musique enregistrée était donnée pour morte, ses revenus ayant chuté de 40 % en quinze ans.

Aujourd’hui, Universal est une valeur sûre pour les investisseurs et Lucian Grainge, son patron, annonce fièrement un « nouvel âge d’or » pour le secteur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Restons Optimistes , vendredi 1 octobre 2021, 12:53

    A lire ceci ,il n'a pas changé le temps des droits d'auteur:tout pour les majors et quasi rien pour les artistes. Il me revient cette spoliation de Sixto Rodriguez,ce chanteur mis au rancart sitôt ses deux albums créés aux USA.Entretemps ses disques ont eu un succès en ...Afrique du Sud,sans que lui n'en touche un kopek.!!Aberrant!!! D'un autre côté,ces artistes modernes qui se croient Jupiter et osent demander des cachets faramineux. Musique?non! Fric d'abord!!!Honteux!! Je termine en ajoutant :LES AFFAIRES C'EST L'ARGENT DES AUTRES! Ô combien vrai!

  • Posté par Restons Optimistes , vendredi 1 octobre 2021, 10:35

    A lire ceci ,il n'a pas changé le temps des droits d'auteur:tout pour les majors et quasi rien pour les artistes. Il me revient cette spoliation de Sixto Rodriguez,ce chanteur mis au rancart sitôt ses deux albums créés aux USA.Entretemps ses disques ont eu un succès en ...Afrique du Sud,sans que lui n'en touche un kopek.!!Aberrant!!! D'un autre côté,ces artistes modernes qui se croient Jupiter et osent demander des cachets faramineux. Musqieu?non! Fric d'abord!!!Honteux!!

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs