Accueil Sports Football Diables rouges

Diables rouges: Roberto Martinez dévoile sa sélection pour affronter la France

Les Diables rouges seront opposés à l’Équipe de France en demi-finale de la Nations League, jeudi prochain à Turin.

Temps de lecture: 2 min

Vingt-quatre joueurs, dont quatre gardiens, figurent dans la sélection de Roberto Martinez en vue du Final Four de la Ligue des Nations en Italie qui s’entamera pour la Belgique par une demi-finale contre la France le 7 octobre (20h45) à Turin.

Charles De Ketelaere, 20 ans, le joueur en forme du Club de Bruges, est repris à temps plein par le sélectionneur espagnol des Diables Rouges qui récupère Kevin De Bruyne par rapport à la dernière campagne. Jéremy Doku et Dries Mertens, par contre, sont toujours absents. De même que Thomas Vermaelen coincé au Japon par les règles sanitaires en vigueur.

Toby Alderweireld, Dedryck Boyata, Jason Denayer et Jan Vertonghen défendront les intérêts belges face aux Français, devant sans doute Thibaut Courtois, l’un des quatre gardiens appelés dont Simon Mignolet.

Zinho Vanheusden ne figure plus dans la sélection, mais le sélectionneur national a rassuré, expliquant qu’il « gardait un œil attentif » sur le joueur de Gênes. Thorgan Hazard, qui avait dû décliner en dernière minute lors de la dernière campagne est toujours là avec, bien entendu, Eden Hazard.

Yannick Carrasco, Timothy Castagne, Thomas Meunier et Alexis Saelemaekers seront de la partie avec, donc, Kevin De Bruyne, Leander Dendoncker, Youri Tielemans, Hans Vanaken et Axel Witsel.

Christian Benteke est absent en attaque, Roberto Martinez ayant dû réduire sa liste à 20 joueurs de champ. Ce sont Dodi Lukebakio et Leandro Trossard qui ont eu sa préférence avec Michy Batshuayi en attaque. Albert Sambi Lokonga n’est pas repris non plus, lui qui avait joué ses premières minutes lors de la dernière campagne.

La finale de cette Ligue des Nations se jouera le 10 octobre à Milan contre le vainqueur de l’autre demi-finale opposant l’Espagne à l’Italie, championne d’Europe, afin de désigner le successeur du Portugal vainqueur de la première édition en 2019.

Les Diables Rouges prendront la direction du nord de l’Italie après avoir signé un sans-faute en septembre lors des matches qualificatifs pour le Mondial 2022, en battant successivement l’Estonie (2-5), la République tchèque (3-0) et la Biélorussie (0-1). Presque qualifiés pour le Qatar, les Diables Rouges devront confirmer leur première place du groupe E en novembre contre l’Estonie à Bruxelles le 13 novembre et contre le Pays de Galles à Cardiff le 16 novembre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Preyat Christian, vendredi 1 octobre 2021, 14:31

    Que la France se rassure (bien sûr, Deschamps dramatise en exagérant la force de l'adversaire "on ne sait jamais") mais grâce à l’entêté Martinez la défense belge habituelle, vielle et lente va regarder passer Mbappé, Benzema, Griezmann, en courant derrière eux une fois dépassés; Quand à la génération "dorée", elle est seulement occupée à descendre la pente, (qu'elle n'a jamais beaucoup monté) après avoir assez gentiment fait acte de présence dans cette équipe nationale championne des match moyennement difficiles; sans jamais avoir su atteindre le moindre objectif valable; Martinez partira sans avoir remporté le moindre trophée, alors qu'il ne subit jamais la moindre critique !!?? En passant, plus personne n'a jamais plus évoqué le cas Naingolan le James Bond (vous savez celui qui est toujours un combattant tenace et téméraire) des terrains de Foot. Pourquoi ? Pour sa conduite extra-sportive ? (Sur le terrain il n'a pas encore monté avec sa bouteille) ; on n'en saura jamais rien, Où sont les journalistes d'investigation ? Moutons de Panurge toujours d'actualité. La France sera encore en finale, la majorité des belges réalistes devrait le craindre, hélas ; Alors soyons prêts à une nouvelle désillusion au prochain Belgique-France du 7 octobre2021. Amen.

  • Posté par Debrabander Jean, vendredi 1 octobre 2021, 17:45

    Il est de bon ton, pour certains, de dénigrer l'équipe belge. Mais il est totalement déplacé de parler dédaigneusement de cette équipe. La faute peut-être aux médias qui, à l'inverse, la portent aux nues. La génération dorée n'aurait jamais "beaucoup monté" la pente ? Classée 66ième en 2009, elle occupe la première place du classement FIFA (analysez ses critères) depuis trois ans. Depuis 2014, l'équipe se qualifie sans coup férir pour les coupes mondiales et européennes, terminant chaque fois première de son groupe. Championne des matchs "moyennement difficiles" ? Lors de la dernière Coupe du Monde, elle a battu le Japon, le Brésil, deux fois l'Angleterre; lors de la Coupe d'Europe en juin, elle a battu le Danemark et le Portugal. Je ne dirai pas non plus qu'elle est la meilleure nation du monde : on l'a vu en 2014, battue par l'Argentine, finaliste, en 2018 contre la France (future championne du monde) et cette année contre l'Italie (future championne d'Europe). Mais, quoi ? On voudrait que ce petit pays l'emporte systématiquement face la France, l'Allemagne, l'Angleterre, le Brésil etc. des nations au réservoir-joueurs beaucoup plus fourni ? Il faut se contenter d'occuper une place enviable au niveau européen, voire mondial et espérer voir arriver de nouveaux "dorés", De Ketelaere, Van Haken, Doku, Saelemackers, Vertessen ...

  • Posté par Boels Emmanuel, vendredi 1 octobre 2021, 15:17

    Vous aurez au moins été optimiste sur un point en qualifiant de réaliste votre attitude déprimante... Avec l'insupportable vieux disque démodé : "de toutes façons on est nuls et la Belgique ne gagnera jamais rien". Quelle tristesse. (Et vous? Avez-vous déjà vécu de belles victoires avec ce genre d'état d'esprit ?) RDV jeudi... et pourquoi pas dimanche !

Sur le même sujet (2)

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir