Accueil Société

La Flandre ne permet pas à ses communes d’élargir l’usage du Covid Safe Ticket

Il n’y a pas eu encore de décision sur une éventuelle obligation du Covid Safe Ticket dans les institutions de soins. La décision devrait tomber plus tard dans la journée, ou en cours de week-end.

Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement flamand a décidé vendredi de ne pas ouvrir aux villes et communes du nord du pays la possibilité d’utiliser plus largement le Covid Safe Ticket, déjà prévu pour les discothèques et les grands événements. On attendait pourtant de la Flandre qu’elle décide d’une sorte de « barrière de vaccination », les communes ayant un taux de vaccination plus bas étant alors habilitées à introduire un Covid Safe Ticket pour d’autres secteurs ou événements sur leur territoire.

Mais le gouvernement flamand n’a finalement pas suivi cette voie, et a décidé de ne pas ouvrir cette possibilité aux bourgmestres. Au cabinet du ministre flamand de l’Administration intérieure Bart Somers (Open Vld), on affirme qu’il n’y a de toute manière « que quatre communes sous la barrière des 80 % » (si l’on ne tient compte que de la population de 18 ans et plus, NDLR). Donc, « pas besoin d’une société de passe », ajoute le ministre sur Twitter.

Il n’y a pas eu encore de décision sur une éventuelle obligation du Covid Safe Ticket dans les institutions de soins. La décision devrait tomber plus tard dans la journée, ou en cours de week-end.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par antoine Hupin, vendredi 1 octobre 2021, 15:26

    Pourquoi obliger la vaccination dans le secteur des soins de santé? Ne faudrait il pas d'abord obliger la vaccination aux personnes à risques? Cela me semble logique étant donné qu'il n'y a que des non vaccinés en soins intensifs. Les personnes à risques sont connues, l'état a leurs adresses et gsm.

  • Posté par massacry olivier, vendredi 1 octobre 2021, 19:17

    Et bien non, beaucoup de personnes peuvent être à risque sans le savoir !

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 1 octobre 2021, 17:22

    Le hic, c'est que les personnes des maisons de repos (et/ou de soins) et les patients des hôpitaux peuvent ne pas fabriquer suffisamment d'anticorps, même vaccinés. C'est pour cela que le personnel qui est en contact avec ces patients doit être vacciné, de façon à moins transmettre le virus au cas où ce personnel contracte le virus à l'extérieur.

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko