Accueil

Quatre organisations et une guerre des chiffres

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Actuellement, en Belgique, quatre organisations syndicales sont considérées comme « représentatives » au sein de la police, ce qui leur offre une place à la table de négociation pour le secteur. Pour trois d’entre elles – les rouges de la CGSP, les verts de la CSC Services Publics, et les bleus du SLFP –, cette représentativité est reconnue d’office, car ils relèvent d’organisations siégeant au Conseil national du travail (respectivement la FGTB, la CSC et la CGSLB). Le SNPS (Syndicat national du personnel de police et de sécurité), qui fonctionne sur une base indépendante, doit quant à lui prouver périodiquement que sa base d’affiliés compte plus de 10 % des policiers en service dans le pays. Si des lignes de force idéologiques se dessinent dans le discours des différentes autorités syndicales, la plupart des représentants interrogés estiment, à l’instar d’Anthony Turra (CSC), que « l’on s’affilie généralement plus à une personne, à un collègue qui vous défend, qu’en fonction de la ligne idéologique du syndicat ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs