Accueil Belgique Politique

Le Covid Safe Ticket wallon se précise: ce que l’on sait

Le projet de décret wallon est une copie presque parfaite du texte bruxellois.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement wallon a adopté vendredi en première lecture le projet de décret qui permettra d’imposer le pass sanitaire à partir de la fin octobre au sud du pays. Il s’agit pratiquement d’un copier-coller du texte bruxellois. Le Covid Safe Ticket (CST) sera demandé dans l’horeca (sauf les terrasses), les salles de fitness, les lieux culturels ou encore les hôpitaux et maisons de soins. Pour ces deux derniers lieux, le masque restera obligatoire pour les visites et consultations malgré l’utilisation du CST.

A priori, la seule différence pour les francophones devrait être la date de fin du CST, à savoir le 31 janvier en Wallonie et le 15 janvier à Bruxelles. Tout simplement parce que Bruxelles espère pouvoir mettre en place son CST dès le 15 octobre, mais cela reste à confirmer. Ces dates sont par ailleurs indicatives. Si la situation sanitaire le permet, le CST pourra être supprimé avant. Dans le cas inverse, il peut aussi être prolongé jusqu’au 30 juin 2022 maximum.

Au nord du pays, le gouvernement de Jan Jambon (N-VA) a douché les espoirs de quelques bourgmestres dont les communes affichent des taux de vaccination un peu plus bas. Le Covid Safe Ticket ne sera demandé nulle part sauf dans les boîtes de nuit et les grands événements. jusqu’au 30 octobre. Le débat ne serait toutefois pas clos pour les hôpitaux et maisons de soins.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Poncin Gisele, samedi 2 octobre 2021, 15:21

    Le Covid Safe Ticket n’est pas ‘safe’... Il est actuellement bien démontré - et de notoriété publique - que la vaccination anti-Covid, si elle offre une protection contre les formes graves, n’empêche pas la contamination par le variant dominant (Delta) ni le risque de le propager. L’obtention du CST sur simple certificat de vaccination, sans les tests imposés aux non-vaccinés, crée l’illusion de la non-contagiosité au sein du groupe. autorise l’abandon des mesures-barrières (masque et distanciation) et met en danger celles et ceux qui utilisent un CST dûment validé par un test négatif. S’il manque ainsi largement son objectif de sécurité, le CST ne se justifie plus que par l’incitation à la vaccination, un mobile nié par la plupart des représentants et responsables politiques. Comme d'habitude?

  • Posté par massacry olivier, dimanche 3 octobre 2021, 21:17

    Comme d'habitude comme vous dites la même désinformation encore et toujours. S'il est effectivement bien démontré que le vaccin protège des formes graves, les même études soulignent aussi que la vaccination diminuent la contagion ! Et pourtant donc, alors que vous l'admettez, je le répété, le vaccin protège des formes graves, vous osez encore affirmez que les non vaccinés seraient mis en danger par les vaccinés et non par eux-mêmes, s'ils aiment jouer avec le feu, prendre des risques, ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.

  • Posté par Dufour P., samedi 2 octobre 2021, 9:41

    En cas d'imposition du CST en Wallonie et d'interdiction de vaccination, comment procéder pour un séjour en hôtel de 4 jours. Nécessité de procéder à plusieurs tests ? Comment gérer le délai entre la réalisation du test et l'obtention du résultat ? Merci d' éclaircissements.

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs