Accueil Société

Plus de 100 manifestants réclament la libération de l’étudiant congolais de l’UCL détenu en centre fermé

Le rassemblement a eu lieu à 13h sur la place de l’Université à Louvain-la-Neuve.

Temps de lecture: 2 min

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées vendredi vers 13h sur la place de l’Université, à Louvain-la-Neuve, pour réclamer la libération de Junior Masudi Wasso. Cet étudiant congolais âgé de 20 ans, inscrit à l’UCLouvain pour suivre des cours d’économie, n’a pas été autorisé à rentrer sur le territoire belge. Il est détenu en centre fermé depuis le 18 septembre et pourrait être expulsé à tout moment. Un collectif d’associations se mobilise pour réclamer qu’on le libère, et une pétition allant dans ce sens a recueilli plus de 6.000 signatures.

Le rassemblement de Louvain-la-Neuve a été organisé par un collectif d’associations dans lequel figurent notamment l’Assemblée générale des étudiants de Louvain (AGL), la Fédération des étudiants francophones (Fef), Comac, la CSC Brabant wallon, la plateforme citoyenne BXL Refugees…

« Quand j’ai appris que Junior était détenu en centre fermé alors qu’il devrait être sur notre campus, j’ai initié une pétition qui a déjà recueilli près de 6.500 signatures. C’est vraiment important aussi d’être là aujourd’hui pour montrer qu’on n’est pas d’accord avec ce gouvernement et cette politique migratoire », indiquait sur place l’initiatrice de cette pétition, Cloé Machuelle, également membre de Comac.

Du côté de la Fef, on relève que l’UCLouvain s’est positionnée publiquement en estimant qu’il est incompréhensible qu’un étudiant autorisé à s’inscrire à l’Université se voie refuser l’accès au territoire, et en demandant des clarifications. « C’est un premier pas important mais des informations, on en a : maintenant, il faut passer à l’étape supérieure et réclamer la libération de Junior », demande Lucas Van Molle, président de la Fef.

L’affaire pourrait rebondir sur le plan politique. Dans un communiqué, le parti DéFI juge également cette arrestation « incompréhensible ». « Ce cas pose question sur la manière dont la police aéroportuaire peut réduire à néant en quelques questions des documents aussi charpentés qu’un visa et une inscription universitaire », observe le président et député fédéral François De Smet. « Junior est détenu dans un centre fermé et, dit-on, son expulsion est prévue pour ce dimanche. J’ai écrit au secrétaire d’État Mahdi, et l’interpellerai dès que possible en commission sur ce dossier. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Moriaux Raymond, samedi 2 octobre 2021, 7:44

    En tout cas, il ne dit pas grand-chose, Monsieur le Secrétaire d'Etat ... Lui, l'homme de la situation, le héros de ces citoyens exemplaires (!) qui l'encensent et l'exhortent à défendre "la Loi" et "l'Etat de Droit", on attend sa réponse. Ca traine ...

  • Posté par collin liliane, samedi 2 octobre 2021, 11:51

    Pourquoi Sammy Mahdi devrait-il s'en mêler? L'avocate de ce candidat étudiant, Me Marie Doutrepont a introduit un recours auprès du Conseil du contentieux des étrangers. Le juge a rejeté ce recours, estimant que les arguments de la défense n'étaient pas fondés. Il faut croire que le dossier présente de sérieuses failles.

  • Posté par mauroy charles, samedi 2 octobre 2021, 6:58

    Quel pourcentage de manifestants ""étudiants ???"" par rapport au nombre d'étudiants à LLN?? Et pour un dossier dont on ne connaît pas vraiment la vérité....pas encore.

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 1 octobre 2021, 20:12

    On ne connaît qu une face de l histoire

  • Posté par CREPIN Hugues, vendredi 1 octobre 2021, 19:31

    Je suis partagé et le silence des autorités est stupéfiant. Nous sommes en démocratie et des questions légitimes sont posées. Alors soit la personne a fraudé sur le visa et les douaniers ont remarqué des éléments suspects (pas la bonne personne, contenu des bagages suspects, difficultés d'expression incompatible avec le niveau prétendu, ...) soit quelques branquignoles qui s'ennuyaient on décidé de faire du zèle et de "s'amuser". Il faut toujours rester prudent mais, normalement, l'université aurait pu faire preuve d'un peu plus de dynamisme. Aux USA, une de mes connaissances a eu le même cas, le recteur a débarqué à l'aéroport et ce sont les douaniers qui ont eu du mal sur le coup. Le problème, c'est la quantité de fraudes aux visas d'étude et la difficulté à immigrer en Belgique légalement, ça conduit à tous ces délires, oui.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko