Accueil Sports Cyclisme Route

La mise en garde d’Oliver Naesen avant Paris-Roubaix: «C’est la course où tout est possible»

Vainqueur, mercredi, du Mémorial Fred De Bruyne, Oliver Naesen se prépare à disputer dimanche son 6e Paris-Roubaix. Le coureur belge d’AG2R-Citroën, qui terminera sa saison dimanche, entrevoit une course ouverte et dangereuse, à cause de la boue et de la pluie annoncée le jour de la course.

Temps de lecture: 3 min

«  Des coureurs ont disputé le championnat du monde et je pense que c’est un avantage d’avoir fait un gros effort comme celui-là à une semaine de Paris-Roubaix », a expliqué Oliver Naesen vendredi dans une conférence en ligne. « Mais il y a toujours la possibilité d’un facteur de décompression pour certains qui avaient fait du mondial un gros objectif et qui pourraient en subir des conséquences sur le plan physique dimanche. Personnellement, je n’étais pas au mondial, j’ai fait un gros entraînement de six heures samedi, j’ai roulé en kermesse et je me suis imposé mercredi au GP Fred de Bruyne. Mais ce n’était certes pas un Mondial. »

« De la prudence avec son corps »

Evoquant la place atypique de la course en fin de saison et les conditions dans lesquelles l’épreuve se déroulera, Oliver Naesen a insisté sur le facteur « prudence » dimanche, sur les pavés de l’Enfer du Nord. « On est en fin de saison et je suis d’accord avec ce que Philippe Gilbert a dit, qu’il faut être prudent avec son corps, avec la fatigue. Ce sera aussi très spécial de disputer Paris-Roubaix dans des conditions sans doute dantesques. Il faudra donc être très prudent. Je viens d’apprendre qu’Oscar Riesebeek a cassé son bassin en chute en reconnaissance du pavé. Et ce n’était qu’un entraînement. Nous avons reconnu le parcours en deux fois, 100 kilomètres jeudi et 50 kilomètres vendredi. Je pense que le parcours est comparable au Paris-Roubaix du printemps, sauf que à cette période de l’année, les champs de maïs sont bas et les secteurs sont à découverts et on sent beaucoup de vent. Aujourd’hui, le maïs est très haut et il sera donc difficile de bordurer aux endroits habituels. Mais, ce qui va tout changer, même par rapport aux recos, c’est la pluie car les pavés de dimanche seront différents de ce que nous avons vu en reconnaissance. Sur le sec, c’est la course la plus dangereuse de l’année, mais sous la pluie, c’est encore tout autre chose. Dans tous ceux qui connaissent la course, il n’y a personne qui a envie de rouler sur les pavés sous la pluie, mais ça fait partie du jeu. Celui qui a envie de la pluie ne connaît pas la course. »

Paris-Roubaix sera la dernière sortie de l’année d’Oliver Naesen, qui voit dans Paris-Roubaix une course de tous les possibles. « Je vois cette course comme la classique où tout est possible, dont certains vainqueurs ne sont pas du tout attendus. J’ai personnellement fait de belles courses à Roubaix, malgré les chutes, les ennuis mécaniques. On peut tout espérer, mais on peut aussi rentrer chez soi avec rien. A Paris-Roubaix, tout est ouvert. »

Equipe AG2R-Citroën pour Paris-Roubaix : Greg van Avermaet, Stan Dewulf, Lawrence Naesen, Oliver Naesen, Michael Shär, Damien Touzé, Gijs Van Hoecke.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs