Accueil Société

Enseignement: Sébastien Schetgen, le nouveau patron de l’officiel subventionné, veut moderniser la structure

Les acteurs de l’enseignement organisent une mise au vert ce week-end pour discuter de l’avancement du Pacte d’excellence. Sébastien Schetgen, le nouvel administrateur délégué du CPEONS, revient sur les enjeux du Pacte et les défis qui l’occuperont dans les prochains mois.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le CPEONS, la fédération de pouvoirs organisateurs de l’officiel subventionné qui a sous sa tutelle les écoles secondaires provinciales, les hautes écoles et les PMS, s’est doté d’un nouvel administrateur général suite au départ à la retraite de Roberto Galluccio. Son successeur, Sébastien Schetgen, n’est pas étranger au petit monde de l’enseignement. Instituteur devenu formateur d’enseignants, ancien inspecteur pédagogique, et depuis peu docteur en sciences psychologiques et de l’éducation, le Bruxellois de 42 ans multiplie les casquettes. « Durant mon doctorat, je me suis préoccupé de la construction identitaire des enseignants dans l’exercice de leur métier », explique-t-il. « Il n’est pas rare que cette construction identitaire rentre en confrontation avec la perception que la société se fait de leur métier. Ce qui peut générer des tensions. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, samedi 2 octobre 2021, 14:09

    1. J'aurais apprécié un délégué universitaire, scientique de préférence. Voilà un instituteur qui va devoir diriger une équipe de directeurs ou préfets ou directeurs- présidents qui sont détenteurs de diplômes universitaires. Qui peut le plus, peut le moins. 2. Le CEPEONS a toujours été un bastion de l'enseignement officiel LAÏC et même laïcard ! Il faut qu'il le reste face au religieux (revendications de l'islam politique), au relativisme (mise en cause de la science e.a. par les écologistes), aux exhortations de bienveillance christique venant des hommes et femmes politiques pressés par les parents.

  • Posté par lambert viviane, samedi 2 octobre 2021, 14:09

    1. J'aurais apprécié un délégué universitaire, scientique de préférence. Voilà un instituteur qui va devoir diriger une équipe de directeurs ou préfets ou directeurs- présidents qui sont détenteurs de diplômes universitaires. Qui peut le plus, peut le moins. 2. Le CEPEONS a toujours été un bastion de l'enseignement officiel LAÏC et même laïcard ! Il faut qu'il le reste face au religieux (revendications de l'islam politique), au relativisme (mise en cause de la science e.a. par les écologistes), aux exhortations de bienveillance christique venant des hommes et femmes politiques pressés par les parents.

  • Posté par Jaspers Marie, samedi 2 octobre 2021, 3:35

    Comme Monsieur Schetgen est un partisan du pacte et donc de la diminution de moitié du taux de redoublement et il existe d'autres méthodes que la "bienveillance" malsaine de C.Désir! Il devrait 1) s'opposer au passage automatique de 1°S en 2°S afin de pouvoir identifier, au plus tôt, les failles des élèves. et d'y remedier. 2) arrêter la tendance actuelle qui est de supprimer les examens de Noël en 3°S et bientôt en 4°S. Elle empêche une révision globale fondamentale dans les cours encyclopédiques comme les maths ou les langues! Les examens pourraient se réduire à ces deux cours donc seulement deux jours en moins et non trois semaines. Les révisions à l'école ne sont pas nécessaire quand on a travaillé régulièrement pendant l'année Le passage automatique laisse trainer nombre d'élèves dans le découragement car ils ne savent pas suivre et d'autres dans l'indifférence et l'ennui qu'ils trompent en "chambardant"! Cette situation est très préjudiciable aux enfants qui ont envie d'apprendre dans le calme, qui ont envie que le prof avance dans la matière car ils s'ennuient mortellement quand celui-ci doit passer 1 h pour expliquer des notions ou résoudre des exercices qui leur prennent 10 minutes! Le prétendu dépassement n'est qu'un mythe car les forts ne se satisfont pas de quelques exercices dits de dépassement car ce n'est pas de cela dont ils ont besoin mais de matières théoriques plus avancées qui leur permettra alors de faire des travaux réellement plus durs! Pour le pacte, l'égalité de tous est un slogan! Mais il n'y a pas égalité quand le système empêche les meilleurs de se développer! au maximum. On le fait dans tous les sports, pourquoi ne le fait-on pas à l'école?La FWB a-t-elle vraiment trop d'esprits supérieurs qu'elle les sacrifie pour que que les médiocres réussissent, MAIS réussissent QUOI? A avoir des POINTS? Mais qui, dans la vie réelle, se préoccupe des points obtenus dans le secondaire???

  • Posté par Jaspers Marie, samedi 2 octobre 2021, 2:47

    Le pacte d'excellence! Encore lui, toujours lui! Je n'ai pas compris en quoi il contenait quoi que ce soit qui amènerait notre enseignement à ....l'excellence! Qu'est-ce que l'excellence d'un système scolaire???La semaine dernière, j'ai assisté, dans une école secondaire, à une séance "de travail" sur les plans de pilotage.La journée a commencé à 9 h par la distribution , à la dizaine de groupes de profs qui s'étaient préalablement formés , de 4 feuilles de format A6 par une personne dont nous ignorions tout sauf le nom.Elle devait être une de ces administratives du cabinet C.Désir! Elle ordonné de consacrer 2 pages aux remarques positives et 2 aux remarques négatives.Dans les deux cas, il fallait construire un arbre (sic!) sur lequel les éléments positifs ou négatifs figuraient au sommet, puis il fallait redescendre jusqu'aux racines pour comprendre "le pourquoi"! Le rapporteur remplissait les pages de constats évidents pour tous.Une journée passée à cela donc une journée perdue pour les cours.Un peu incohérent avec l'obsession de ne pas perdre d'heures avec des examens! Combien y aura-t-il de séances stériles de ce type? Qu'est-ce qu'elles apporteront? Ce que ressentent les enseignants c'est le dégoût, la révolte de l'emprise toujours plus forte de l'administration dont les exigences sont chronophages et ce au détriment du travail avec et pour les élèves, la réelle fonction des profs! De nobreux profs sont découragés et on est qu'au début des travaux pour le pacte.Plusieurs, excellents pédagogues, maîtrisant à fond leur matière envisagent de fuir l'enseignement.Ainsi contrairement à ce que prétend C.Désir, ce ne sont pas que les jeunes profs qui s'en vont mais aussi les dépossédés de leurs compétences, de leur passion, de leur idéal.Il serait fondamental de le répandre sur les réseaux sociaux puisqu'il n'y a plus qu'eux qui jouent un rôle sur les politiques menées. Au cours de cette réunion, il n'a été question que : de diminuer le taux d'échecs, le décrochage, la réorientation en cours de cycle, l'enseignement individualisé, la bienveillance, les remédiations, etc....c'est-à-dire : rien que des devoirs pour les profs! Pas un mot prononcé pour les élèves! Alors que tous nous pensions : il n'y a qu'un seul moyen : FAIRE TRAVAILLER LES ELEVES qui se vantent de passer de classe sans rien faire mais......sans rien connaître!

  • Posté par Jaspers Marie, samedi 2 octobre 2021, 1:59

    Monsieur Schetgen comme Madame C.Désir, comme tous les ministres , les pédagogues, depuis 10 ans ne parlent de de formation continuée pour les enseignants.On peut comprendre que la formation des techniciens automobiles, par exemple, aient à suivre l'évolution des transformations apportées dans ce secteur et qu'ils aient besoin de spécialistes pour le mettre à jour mais concrètement, mais les enseignants qui maîtrisent tant leurs matières que la capacité d'apprendre seul (ce serait un comble si ce n'était pas le cas!)pourquoi devraient-ils suivre des cours.... de QUOI? Donnés.... par QUI? Pour mon information personnelle, j'ai suivi des "formations continuées" destinées à des enseignants du DS et j'ai regretté d'avoir perdu mon temps à suivre des informations qui n'étaient que des résumés simplistes d'articles que j'avais lus dans des revues de haut niveau. ou de conférences que j'avais écoutées sur Youtube ou France 2 par exemple! Concrètement, qu'apportent ces formations continuées aux enseignants? Le rapport McKinsey en a donné la réponse : presque rien! Les enseignants y assistent par obligation mais déplorent perdre leur temps en entendant ânonner des banalités par des pédagogues qui ne connaissent rien à l'école et souvent rien au sujet qu'ils présentent. Il ne faut surtout ne JAMAIS leur poser des questions. ALORS JE REPRENDS MA QUESTION: "Concrètement, qu'apportent les formations continuées aux enseignants"? Quelle connaissances scolaires évoluent à ce point qu'on doit faire cours aux spécialistes de l'apprentissage? Pour moi, ce n'est qu'un slogan? Dans quel but? Je n'en vois qu'un : fournir du travail aux pédagogues qui sont pléthoriques!!!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs