Accueil Police et justice

Une nouvelle méthode pour condamner davantage de violeurs

Une nouvelle approche d’analyse des dossiers de viol a été testée à Anvers et a permis de doubler le nombre de condamnations. Cette méthode va être étendue à Bruxelles et Liège, puis à tout le pays.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

D’après le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD), on estime que chaque année dans notre pays, 75.000 faits de violences sexuelles sont commis à l’encontre de femmes. Un peu plus d’une sur neuf seulement déposerait plainte, puisqu’on compte environ, sur cette même période, 8.000 déclarations d’attentat à la pudeur ou de viol. « Et en raison du grand nombre de dossiers classés sans suite, faute de preuve, ces plaintes débouchent sur 900 condamnations à peine », a déploré le ministre en commission Justice.

Ces chiffres pourraient changer, à en croire les résultats d’une expérience pilote, appelée « Code 37 », menée dans l’arrondissement judiciaire d’Anvers et fruit d’un partenariat entre le parquet d’Anvers et l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 3 octobre 2021, 16:01

    Ce ne sont que des promesses de politicards . Avec "l'arriéré judiciaire" en pile dans les parquets et LA nouvelle priorité du ministre V. Quick. (les excès de vitesse et le vol de vélos !) ... je crains que notre magistrature n'en a tout simplement pas les moyens.

  • Posté par Lombard Fernande, samedi 2 octobre 2021, 21:44

    Surtout, ne nous pressons pas, c'est pas pire que de brûler sur un bucher...

  • Posté par Kersten Lucien, samedi 2 octobre 2021, 18:55

    Violeurs.euses

  • Posté par Chalet Alain, samedi 2 octobre 2021, 18:02

    L'erreur est de permettre aux femmes d'aguicher les hommes en étalant leur sexualité, mais d'interdire aux homme d'exprimer la leur: un simple regard est maintenant qualifié d'agression. C'est injuste et cela ne tient pas compte des différences objectives entre hommes et femmes. A force de vouloir dogmatiquement l'égalité stricte jusque dans chaque détail, on ne voit plus les réalités naturelles.

  • Posté par Eric Lambot, dimanche 3 octobre 2021, 20:04

    Commentaire immonde. Si 'exprimer votre sexualité' débouche sur une agression, il vaut mieux aller vous faire soigner. Et laissez les femmes être jolies dans la rue sans qu'elles se fassent agresser par des pervers de votre espèce. Vous ne savez pas juste admirer ?

Plus de commentaires

Aussi en Police et justice

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs