Accueil Sports Football Football belge Standard

16 victoires pour 15 défaites en 36 matches: le bilan mitigé de Mbaye Leye à la tête du Standard

Battu pour la troisième fois consécutive ce vendredi sur la pelouse de Malines, Mbaye Leye semble être de plus en plus en danger à son poste d’entraîneur du Standard.

Temps de lecture: 3 min

Le Standard semble plus que jamais dans la tourmente après sa défaite sur la pelouse de Malines ce vendredi sur le score de 3-1, qui a provoqué beaucoup de colères chez les supporters Rouches. Après dix matches disputés en D1A, les Liégeois ne sont que 11e du classement avec 13 petits points et restent sur trois revers consécutifs : à Anderlecht dans le Clasico, à domicile face à Saint-Trond et à Malines vendredi. L’équipe semble plus que jamais plongée au cœur de la tempête, et un homme est logiquement pointé du doigt : le coach Mbaye Leye.

Appointé comme nouvel entraîneur du Standard en cours de saison dernière, l’ancien joueur du club avait directement convaincu en démarrant sur quatre succès consécutifs. La suite est nettement plus mitigée pour le Leye, qui n’est pas parvenu à qualifier le Standard pour les Playoffs 1 lors du dernier exercice après une fin de saison catastrophique, et qui a échoué en finale de la Coupe de Belgique contre Genk.

En 36 matches disputés à la tête du club, le coach rouche affiche un bilan de 16 victoires pour 15 défaites et 5 matches nuls, pour une moyenne 1,47 point par match. Depuis Ron Jans en 2012 (1,33 point par match), seuls deux anciens coaches du club affichent un bilan inférieur : Aleksandar Jankovic avec une moyenne de 1,2 point par match, et le prédécesseur de Leye, Philippe Montanier (1,36 point par match). Mais si l’on compare son bilan chiffré avec celui de Preud’homme (1,59 point par match) ou de Ricardo Sa Pinto (1,74 point par match), Leye fait nettement moins bien.

Cette saison, il ne compte que 4 victoires pour 5 défaites et 1 nul en 10 matches et son poste semble plus que jamais en danger. À noter que si le Standard décidait de se séparer du Sénégalais, son successeur serait déjà le 10e coach de l’ère Venanzi, en à peine 7 ans au Standard.

Une gestion qui pose question

Et il est difficile de tirer le bilan de Mbaye Leye au Standard sans évoquer la gestion de certains cas dans le vestiaire, comme celui de Mehdi Carcela. Prolongé au mois de février dernier, le Marocain, censé être l’un des cadres du vestiaire liégeois, n’a pas encore disputé la moindre minute de jeu cette saison.

Un autre exemple qui suscite la controverse est celui d’Aaron Donnum. En arrivant au Standard cet été, l’international norvégien était attendu comme le renfort qu’il fallait pour l’attaque liégeoise. Pourtant, il n’a démarré aucune des cinq dernières rencontres et semble faire les frais de la difficulté de Leye à trouver son onze de base.

Si les dirigeants du Standard décident de lui laisser encore une chance après l’échec malinois, Mbaye Leye devra quoi qu’il en soit améliorer ses résultats au plus vite afin de replacer les Rouches au classement et regagner la confiance de ses supporters.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Baab Abba, samedi 2 octobre 2021, 16:32

    Le grand jojo au moins nous faisait passer du bon temps… j’ espère au moins que ce commentaire doux sera pas censuré !!! Merci lesoir

  • Posté par Dubois alain, samedi 2 octobre 2021, 12:45

    Lui ou le grand jojo c'est la même chose.

Aussi en Standard

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir