Accueil Société

Étudiant congolais en centre fermé: le président congolais Félix Tshisekedi s’en mêle

Le président de la RDC a évoqué le sujet en conseil des ministres ce vendredi, demandant à son ministre des Affaires étrangères d’approcher l’ambassadeur belge sur la question. D’après nos informations, des contacts diplomatiques ont déjà eu lieu.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le cas de Junior Masudi Wasso, ce jeune étudiant congolais envoyé le 18 septembre dernier en centre fermé après avoir été arrêté à l’aéroport de Zaventem en possession d’un visa valide, capte de plus en plus d’attention en Belgique. Outre des manifestations organisées en son soutien à Louvain-la-Neuve et une récente lettre ouverte coordonnée par le MRAX dénonçant un « abus de pouvoir raciste », le président de Défi, François De Smet, a pris publiquement position sur le sujet en dénonçant au nom de son parti une arrestation « incompréhensible », annonçant qu’il réclamerait en commission des comptes sur la question au secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Sammy Mahdi (CD&V).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Linard Robert, dimanche 3 octobre 2021, 15:53

    On dirait que l'acharnement mis par les autorités , sur cet étudiant congolais vient du fait que l'on sait d'où il vient et d'un milieu non défavorisé, donc facile à renvoyer. Ce que nous demandons c'est que les autorités s'acharnent sur les réfugiés économiques qui eux sont des vrais illégaux et pas sur quelqu'un qui repartira après ses études ou restera pour contribuer à notre prospérité.

  • Posté par LIENARD NORBERT, dimanche 3 octobre 2021, 15:59

    qui repartira à la fin de ses études?comme sa soeur qui est restée en belgique?

  • Posté par Charlot Michel, dimanche 3 octobre 2021, 14:09

    Que ce président congolais commence par relever le niveau de l'enseignement dans son pays : que le Congo en soit réduit à voir ses étudiants partir à l'étranger faute de solution au Congo ne semble pas le déranger.

  • Posté par Delpierre Bernard, dimanche 3 octobre 2021, 11:58

    A l'opposé du laxisme des autorités dans la politique de retour des illégaux où on compte sur les doigts d'une main les décisions exécutées, entendre qu'un individu apparemment en possession d'un visa fasse l'objet d'une mesure draconienne alors qu'il est protégé de manière plutôt virulente par les autorités de son pays et bien entendu par le MRAX doit étonner à plus d'un titre, d'autant que face au déculottage permanent de nos autorités, il était attendu que nous allions nous plier devant les ukases des dirigeants de pays où le vol , la prébende et le simulacre de démocratie sont monnaies courantes. Ce serait donc vraiment étonnant que les services concernés aient pu commettre sans justification une erreur grossière à l'encontre d'une personne très protégée alors que les trous dans la raquette sont béants pour les autres.

  • Posté par Moriaux Raymond, dimanche 3 octobre 2021, 12:25

    @Delpierre. Mais nous sommes tout ouïe. Que ces "justifications" nous soient donc données. Si elles sont aussi évidentes, nous devrions les comprendre facilement.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs