Accueil Sports Football Football belge Charleroi

Joris Kayembe frustré après Courtrai – SC Charleroi: «On encaisse sur deux phases arrêtées, alors qu’on contrôlait le match»

Samedi après-midi, Courtrai et Charleroi se sont quittés sur un match nul, 2-2 (mi-temps : 1-0), au Stade des Éperons d’Or, pour le compte de la 10e journée de championnat.

Temps de lecture: 2 min

Ce n’était pas l’opération espérée. Mais, avec un partage forcé dans des arrêts de jeu bien avancés, les Carolos pouvaient se montrer au moins soulagés. « Je repars avec un sentiment mitigé. On repart avec un point. Cela fait un point sur neuf sur les trois derniers matches. Ça fait mal, quand même », commentait Joris Kayembe. « Mais c’est au moins un point de pris. On a eu des occasions comme quasiment à chaque match. Et on encaisse finalement sur deux phases arrêtées, alors qu’on contrôlait le match. Mais on a vu aussi un bel état d’esprit et du caractère jusqu’à la dernière minute pour égaliser. »

Cette rencontre, les Carolos l’auront souvent dominée, même si c’est Courtrai qui se sera souvent montré le plus tranchant. Si le Kavé a frappé deux fois le cadre, il faut reconnaître que les buts flandriens, sur penalty et coup franc direct, tombaient un peu de nulle part. « On ne doit pas se le cacher. Ce sont des erreurs de jeunesse. Comme le coach l’a dit, il faut les gommer, car ce sont des points que l’on donne aux adversaires. On est content de jouer avec les jeunes et ils sont importants pour le projet de Charleroi. Mais on doit faire attention à ne pas concéder trop d’erreurs comme cela », poursuivait le latéral gauche du Sporting.

Comme chaque fois, Kayembe aura arpenté son flanc. Et, contrairement dimanche dernier contre Malines, il avait cette fois un repère dans le rectangle, avec Shamar Nicholson, de retour de blessure à la pommette. Protégé par son masque, le Jamaïcain a demandé le ballon comme si de rien n’était. « On sait qu’il a un masque et qu’il revient de blessure. Avant le match, je lui ai demandé si je pouvais lui mettre les ballons sur sa tête. Il m’a répondu : « oui, mets-les, je vais aller au duel ». On l’a vu : je ne pense pas que cela l’a gêné. Il est rentré dedans et il n’avait pas peur. Il nous a fait du bien. Contre Malines, c’est ce qui nous avait manqué. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Charleroi

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs