Accueil Police et justice

Nouvelle tentative d’expulsion avortée pour l’étudiant congolais inscrit à l’UCLouvain

Le jeune homme s’est opposé à son expulsion ce dimanche alors qu’un collectif de soutien était présent à l’aéroport.

Temps de lecture: 2 min

Junior Masudi Wasso, un étudiant congolais âgé de 20 ans, inscrit à l’UCLouvain pour suivre des cours d’économie, s’est opposé à son expulsion du territoire belge dimanche matin, ont indiqué dimanche plusieurs sources. Une vingtaine de personnes étaient présentes à l’aéroport de Zaventem afin de sensibiliser les passagers du vol pour Kinshasa dans lequel devait être mis Junior Masudi Wasso.

« Nous dénonçons une situation dramatique et un acharnement à l’égard d’un jeune qui dispose d’un visa étudiant parfaitement en règle », témoigne une membre du collectif de soutien à Junior.

Il s’agit de la deuxième tentative d’expulsion après un premier essai jeudi. En fin de matinée dimanche, le jeune homme a été ramené au Centre de transit Caricole où il est détenu depuis le 18 septembre. Une manifestation en son soutien est prévue lundi à 12 h 30 devant l’Office des Etrangers à Bruxelles.

L’UCLouvain a déjà dénoncé le sort réservé à Junior Masudi Wasso. Les recteurs et rectrices des universités francophones ont fait de même dimanche par voie de communiqué.

« Ils s’insurgent contre la volonté d’expulsion de cet étudiant et espèrent vivement que le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration (Sammy Mahdi, NDLR) fera usage de son pouvoir discrétionnaire pour permettre à Junior Masudi Wasso de poursuivre sereinement ses études en Belgique », a fait savoir le Conseil des recteurs (CRef).

Junior Masudi Wasso avait été admis à s’inscrire à l’UCLouvain. Manifestement en possession d’un passeport en règle et d’un titre de séjour valable, il a pourtant été interpellé par la police des frontières lors de son arrivée en Belgique et est retenu depuis dans un centre fermé en vue d’être expulsé du territoire. Les policiers qui l’ont interrogé ont jugé ses connaissances académiques insuffisantes, estimant dès lors le motif de son voyage suspect, rappelle le CRef.

Le Collectif de soutien à Junior précise que la sœur de l’étudiant réside et travaille en Belgique après y avoir fait ses études.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

30 Commentaires

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, dimanche 3 octobre 2021, 18:18

    A priori, je veux croire que les services en charge de ce type de situation ont agi dans le respect des règles. Toutefois, je suis interpellé par l'existence d'une réaction des autorités académiques. En conséquence, pour éviter tout emballement passionnel et toute récupération partisane, il me semble que la mission de la presse serait de fournir un exposé précis des éléments du problème.

  • Posté par Dubois Raymond, dimanche 3 octobre 2021, 16:15

    Monsieur Albert - Trop facile de traiter certaines personnes de raciste - Notre société ne parvient plus à aider les personnes démunies vivant en Belgique - La période va encore s'aggraver - Que faire ? Tout accepter sans se poser des questions - Notre déclin a commencé - Qu'allons nous offrir à toutes ces personnes ? FABRIQUER DES ASSISTES ???

  • Posté par Spitsphapen Emile, dimanche 3 octobre 2021, 16:44

    C'est vrai, vous avez le courage de le dire sans vous cacher derrière des alibis nauséabonds. Que faire? Je ne sais pas, mais la haine n'est pas bonne conseillère

  • Posté par Dubois Raymond, dimanche 3 octobre 2021, 16:15

    Monsieur Albert - Trop facile de traiter certaines personnes de raciste - Notre société ne parvient plus à aider les personnes démunies vivant en Belgique - La période va encore s'aggraver - Que faire ? Tout accepter sans se poser des questions - Notre déclin a commencé - Qu'allons nous offrir à toutes ces personnes ? FABRIQUER DES ASSISTES ???

  • Posté par Mauer Marc, dimanche 3 octobre 2021, 16:47

    On peut quand même s’interroger sur la frénésie qui s’empare des autorités dans ce cas ci, alors que la personne détient tous les documents nécessaires. Il y en a tellement dont on ne s’occupe pas, la logique ne serait elle pas d’étudier ce cas à froid dans les jours qui viennent et sans vouloir accélérer l’expulsion ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Police et justice

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs