Accueil Pandora Papers

Pandora Papers: les 36 sociétés offshore du roi de Jordanie

Au lendemain du Printemps arabe, le roi Abdallah II de Jordanie s’est abrité derrière des sociétés offshore pour s’offrir de luxueux immeubles en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Ses conseillers financiers n’ont pas ménagé leurs efforts pour dissimuler son identité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

A l’été 2020, alors que les marches de protestation se succédaient pour réclamer des mesures contre la pauvreté et anti-corruption, le Premier ministre jordanien, Omar al-Razzaz, promettait d’intensifier la lutte contre l’évasion fiscale qui, chaque année, soustrait du trésor près de 700 millions d’euros. « Protéger l’économie nationale et lutter contre la corruption est un devoir pour notre nation », insistait alors Omar al-Razzaz, ajoutant que le gouvernement ferait la chasse aux paradis fiscaux dans lesquels de riches Jordaniens dissimulent leur argent pour fuir l’impôt. Et le Roi ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Restons Optimistes , dimanche 3 octobre 2021, 21:05

    Tous pourris!

Aussi en Pandora Papers

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs