Accueil Culture Cinéma

Leïla Bekhti au Festival du film francophone: «Chaque film est pour moi une psychanalyse»

Présente au gala d’ouverture du Festival du film francophone de Namur, Leïla Bekhti porte magnifiquement « Les intranquilles », le nouveau film de Joachim Lafosse qui sort en salle le 6 octobre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Qu’elle est belle Leïla Bekhti ! Physiquement et intérieurement. A chaque rencontre, c’est le sentiment qu’elle donne. A la fois lumineuse et doucement grave, sensible et naturelle, pleine d’humour aussi et capable de la meilleure des réparties, avec une bienveillance et une générosité non feintes. Parce qu’elle n’oublie pas d’où elle vient, ni qui elle est, parce qu’elle reste consciente de la chance qu’elle a et est toujours soucieuse de l’autre. Petit exemple : auréolée du César du meilleur espoir pour Tout ce qui brille, en 2011, elle demande au chauffeur qui la conduit au Fouquet’s de faire un détour pour d’abord fêter ce bonheur avec ses copines avant de rejoindre le tout cinéma en fête.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs