Accueil Sports Cyclisme

Florian Vermeersch 2e de Paris-Roubaix: «Je pense que je pouvais gagner la course»

L’Italien Sonny Colbrelli a remporté la 118e édition de Paris-Roubaix devant le jeune coureur belge.

Temps de lecture: 3 min

Florian Vermeersch, 22 ans, s’est classé 2e, dimanche de Paris-Roubaix devant l’Italien Sony Colbrelli. Le Belge de l’équipe Lotto-Soudal nourrissait un double sentiment de fierté et de déception, même s’il n’aurait jamais pu imaginer qu’il pourrait déjà être sur le podium de la classique française au terme de sa première participation.

« Mon premier sentiment, ce dimanche, est la déception car je pense que je pouvais gagner la course », a expliqué Florian Vermeersch. « Mais je suis sûr que ce sentiment va vite disparaître et que la fierté va prendre le dessus. J’aurais voulu être le troisième de mon équipe, après Philippe Gilbert et John Degenkolb, à remporter la course mais ça n’a pas marché. J’ai en tout cas suivi leur conseil de ne jamais arrêter de pédaler dans l’Enfer du Nord. »

Florian Vermeersch a été l’homme de tous les instants dimanche. « Le but était d’être dans l’échappée matinale et nous l’avons atteint à trois de l’équipe. Après quatre secteurs pavés, j’étais à l’avant, c’était mon objectif. J’ai souvent pris les secteurs dans les premières places et je me souviens de tous ces fans qui m’encourageaient. J’ai aussi eu cette adrénaline quand nous sommes rentrés sur le vélodrome de Roubaix. Pendant la course, quand Moscon a attaqué, j’ai eu un coup de mou mais j’y ai cru, j’ai continué à pédaler, à suivre les conseils qui m’avaient été donnés. Mathieu van der Poel et Colbrelli sont revenus. J’ai trouvé un deuxième souffle dans le Carrefour de l’Arbre et je me suis dit à ce moment que je partais pour la victoire. J’ai essayé de démarrer deux fois dans la finale, en vain. J’ai lancé le sprint mais, aux cinquante mètres, j’ai souffert de crampes partout et me suis un peu écrasé. J’ai peut-être perdu un peu d’influx pour le sprint dans mes deux attaques dans la finale. »

Florian Vermeersch en était, comme van der Poel et Colbrelli, à sa première participation à Paris-Roubaix. « Je pensais terminer un jour sur le podium mais certainement pas au terme de ma première participation. Je suis fait pour les classiques et je confirme que je ne serai jamais un grimpeur. Je veux remercier mon équipe de me donner l’occasion depuis un an et demi de disputer de grandes classiques, ce qui me donne de l’expérience. Je serai au départ de ces courses l’an prochain fort de toute cette expérience, mais je resterai comme je suis, même après mon Paris-Roubaix 2021. Je suis un coureur offensif et je veux rester moi-même, c’est essentiel. »

Florian Vermeersch terminera sa saison 2021 à Paris-Tours le 10 octobre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir