Accueil La Une Culture

Damien Bonnard, le père: «J’ai revu mes priorités»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis 2016 et Rester vertical, d’Alain Guiraudie, qui marqua les esprits, Damien Bonnard élargit ses zones de jeu. De Dunkerque, de Christopher Nolan, à J’accuse, de Roman Polanski, et à la consécration cannoise avec Les misérables, de Ladj Li. Issu d’une famille d’artistes, avec notamment un grand-père fondeur d’art et souffleur de verre, il a grandi dans le bronze, le verre soufflé et la notion de la création. Sa devise est : engagement maximum. Il n’aime pas se prendre au sérieux mais n’aime pas non plus faire les choses à la légère. Avec Joachim Lafosse, il a beaucoup échangé. «  On a beaucoup réécrit ensemble. Je me suis formé à plein d’endroits, que ce soit en peinture, par rapport à la maladie, en allant voir des psychiatres, en passant du temps avec des patients, en lisant, en travaillant avec un boxeur pour trouver des choses dans la violence.  » Il précise : « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs