Accueil Société

Covid Safe Ticket: ce qui est en vigueur, et ce qu’il se passera le 15 octobre

De nouvelles mesures sont d’application depuis le 1er octobre, et d’autres s’ajouteront dans dix jours.

Temps de lecture: 3 min

Pour rappel, les mesures actuelles ont été prolongées et seront valables jusqu’au 14 octobre. Il s’agit des mesures toujours en vigueur dans l’horeca, les cafés et restaurants et dans les réunions privées, comme des activités horeca professionnelles. La distance entre les tables est toujours d’1 mètre 50. Seules les places assises sont autorisées et 8 personnes maximum peuvent se retrouver autour de la table. Le port du masque est toujours obligatoire lors des déplacements en intérieur. En Flandre, il n’est plus obligatoire.

Le pass sanitaire est d’application dans les discothèques sur l’ensemble du territoire belge. Il est également demandé dans les événements qui comptent plus de 50 personnes en intérieur et 200 en extérieur. L’heure de fermeture, à 1 heure du matin, est levée pour les bars et les restaurants. Cela vaut également pour les magasins de nuit et les événements. Cette décision faite suite à celle de la réouverture des discothèques et permet un alignement au niveau des horaires. Après le 15 octobre, les restrictions sanitaires seront levées en raison de l’entrée en vigueur du Covid Safe Ticket.

Le projet d’ordonnance a été approuvé ce week-end pour une extension du CST

Le gouvernement bruxellois a approuvé en deuxième lecture le projet d’ordonnance d’exécution qui ouvrira la voie à l’extension du recours au Covid Safe Ticket dans une série de secteurs de la capitale.

Le texte sera accessible sur le site du parlement bruxellois à partir de la semaine prochaine. Il sera examiné en commission, mercredi, et en séance plénière vendredi prochain, le 8 octobre. Sous réserve du feu vert du parlement, le dispositif et donc l’extension du recours au CST entrera en vigueur le 15 octobre prochain dans la capitale. Cette extension permettra l’utilisation du Covid Safe Ticket dans les établissements relevant du secteur culturel, les établissements de l’horeca, les dancings et discothèques, les centres de sport et de fitness, les foires commerciales et congrès et les établissements de soins résidentiels.

Sous condition de la situation épidémiologique

Pour autoriser cette utilisation, le gouvernement bruxellois – sous sa casquette de collège réuni de la Commission communautaire commune – sollicitera l’avis du Risk Assessment Group (RAG) sur la situation épidémiologique sur le territoire de la Région Bruxelles-Capitale dans un délai de 5 jours ouvrables, sauf urgence spécialement motivée.

Plus largement, les ministres bruxellois fixeront la durée d’application de l’utilisation du CST qui ne peut dépasser trois mois. Si la durée excède un mois, le Collège réuni évaluera mensuellement la possibilité d’arrêter prématurément l’application de la mesure compte tenu de la nécessité et de la proportionnalité de cette application.

Au plus tard un mois avant l’expiration de la mesure, le Collège réuni peut proposer à l’Assemblée réunie – le parlement bruxellois – d’adopter une nouvelle ordonnance en vue de proroger le régime mis en place pour des durées complémentaires de trois mois maximum, ne pouvant en tout état de cause pas dépasser le 30 juin 2022.

Des sanctions sont prévues dans la future ordonnance : une amende de 50 à 500 euros pour le visiteur ou le participant qui contrevient aux dispositions de l’ordonnance, et de 50 à 2.500 euros pour l’organisateur.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Maury Eric, lundi 4 octobre 2021, 11:49

    Ridicule, vive la Flandre !

  • Posté par Dewaele Laurent, lundi 4 octobre 2021, 13:15

    Ben pour cela, il faudrait que les révolutionnaires Wallons se fasse vacciner à la même hauteur que les Flamands, et ce n'est vraiment pas gagné vu les trolls qui se baladent ici :(

Sur le même sujet

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko