Accueil Pandora Papers

Pandora Papers: le Premier ministre tchèque se défend, l’opposition vent debout

Moins d’une semaine avant les élections législatives, l’enquête tombe mal pour le milliardaire populiste Andrej Babis qui domine la politique tchèque depuis maintenant huit années.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Cela date de 2009, donc le timing est intéressant », a répondu le Premier ministre tchèque Andrej Babis en plein débat pré-électoral dimanche soir, quelques heures après la sortie des révélations sur son achat de propriétés luxueuses en France par l’entremise de firmes offshore. Niant toute manœuvre illégale, il a présenté l’enquête comme un coup de la presse d’opposition. « C’est l’œuvre de notre mafia », a-t-il rétorqué à la modératrice, qui lui faisait remarquer que l’enquête était internationale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mardi 5 octobre 2021, 9:09

    Vous remarquerez le choix éditorial: la personnalité d'Europe centrale est citée en vedette, celle des vertueux Pays-Bas, beaucoup plus discrètement, tout au fond. Un hasard? Sûrement pas...

  • Posté par Esquenet Alexandre, lundi 4 octobre 2021, 18:24

    Game over biloute.

Aussi en Pandora Papers

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs