Accueil Belgique Politique

La commission d’évaluation des réformes de l’Etat: «mascarade» ou «œuvre utile»?

Avant une 7e réforme de l’Etat, la Vivaldi veut évaluer les six précédentes. Une commission parlementaire s’y attelle. Déjà, des doutes naissent quant au sérieux de l’exercice. Voici pourquoi.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 9 min

Evaluer l’efficacité des six réformes de l’Etat précédentes avant de se lancer dans une septième : voilà une ambition louable de la Vivaldi. L’accord de gouvernement porte que « la répartition des pouvoirs est susceptible d’améliorations » et qu’il importe que « les nouvelles réformes soient bien préparées, sans tabous (…) et sur la base de l’expertise nécessaire ». D’où l’idée d’« évaluer la structure existante », avant de la remodeler en 2024.

Encore faut-il se donner les moyens de son ambition. Et là, à écouter les parlementaires – nous en avons interrogé une quinzaine – qui siègent dans la commission mixte (Chambre et Sénat) chargée de « l’évaluation des réformes de l’Etat depuis 1970 », cela ne semble pas gagné. Pour trois raisons : le calendrier retenu, le peu de thèmes choisis, et le simple « rapport parlementaire » attendu en conclusion, preuve que le vrai débat aura lieu ailleurs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lete Catherine , jeudi 7 octobre 2021, 9:08

    Il est naif de croire que l'on peut faire une réforme de l'Etat efficace en choisissant "3 thèmes". (ni même 4 ou 5) même si ces thèmes sont les plus urgents, les plus populaires, les plus "vendeurs" : une réforme de l'Etat - pour qu'elle soit efficace - exige que l'on ai une vue bien plus holistique de la situation car tout est dans tout, tout les thèmes sont interdépendants. Aussi, le choix des experts est crucial et j'aurais aimé qu'ils soient désignés par des entités complètement neutres, voire même complètement étrangères à la politique. Et pourquoi ne pas faire appel à des professionnels du changement? des professionnels de l'efficacité? J'ai travaillé pendant près de 40 ans dans une société internationale de plus de 400.000 employés; par 3 fois cette société s'est remise complètement en question à propos de son efficacité et par 3 fois elle est parvenue à se retourner complètement en quelques mois: se poser les bonnes questions (et pas celles qui font plaisir), avoir le courage d'agir, de "couper dans le gras". Evidemment, le privé à quelque chose en plus : le devoir de résultat .... ce que n'a pas l'Etat.

  • Posté par Peek Frederic, mardi 5 octobre 2021, 12:15

    Wallonie aux Wallon Bruxelles a la Flandre

  • Posté par Moriaux Raymond, mardi 5 octobre 2021, 7:59

    Difficile d'imaginer que cette "évaluation" ne cadrera pas exactement avec les résultats des conversations "off the record" en cours depuis longtemps, lesquelles ne tendront que vers une nouvelle centrifugation et davantage de "privatisations" ... Et dommage que l'on ne nous ait pas donné les noms des experts retenus.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs