Accueil Société

Coronavirus: le vaccin Pfizer efficace contre les formes graves au moins six mois, selon une étude

Une étude de Pfizer et du réseau de santé américain Kaiser Permanente a analysé les données médicales de 3,4 millions de personnes. Il en ressort que l’efficacité du vaccin contre les risques d’infection diminue avec le temps.

Temps de lecture: 2 min

Deux doses de vaccin Pfizer/BioNTech sont efficaces contre les risques d’hospitalisation liée au covid et tous ses variants pendant au moins six mois, indique une étude parue mardi dans la revue The Lancet, confirmant de précédentes estimations.

L’étude de Pfizer et du réseau de santé américain Kaiser Permanente a analysé les données médicales de 3,4 millions de personnes en Californie du Sud entre le 4 décembre 2020 et le 8 août 2021.

Il en ressort que l’efficacité du vaccin contre les risques d’infection diminue avec le temps, passant de 88 % dans le mois suivant l’injection de la deuxième dose à 47 % après six mois.

En revanche, le vaccin reste efficace à 90 % contre les risques d’hospitalisations liées au covid, y compris en cas d’infection au variant delta, pendant au moins six mois, souligne-t-elle.

Ces résultats confirment les résultats de précédentes estimations des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et du ministère de la Santé israélien, souligne The Lancet dans un communiqué.

« Notre étude confirme que les vaccins sont un outil central pour contrôler l’épidémie et demeurent extrêmement efficaces pour prévenir les formes graves et les hospitalisations, y compris contre delta ou d’autres variants préoccupants », a résumé Sara Tartof, principale auteure de l’étude, dans le communiqué du Lancet.

Efficace contre toutes les sortes de variants

« Une analyse spécifique des variants montre clairement que le vaccin est efficace contre toutes les sortes de variants. Les personnes infectées par le covid qui avaient reçu deux doses de vaccin l’ont été le plus souvent en raison d’une perte d’efficacité du vaccin avec le temps et non pas parce que tel ou tel variant échappe à la protection du vaccin », a aussi souligné Luis Jodar, vice-président et médecin chef chez Pfizer.

Les chercheurs reconnaissent quelques biais dans leur enquête : ils n’avaient par exemple pas de données sur le respect du port du masque, des interactions sociales ou de la profession des populations étudiées, ce qui pourrait avoir une incidence sur la probabilité de contracter le covid.

Selon les auteurs de l’étude, ces résultats montrent l’importance de renforcer la vaccination mondiale et d’analyser l’efficacité du vaccin à travers le temps pour décider quelles populations doivent être prioritaires pour les doses de rappel.

À lire aussi Coronavirus: ce qu’il faut savoir sur la troisième dose en pratique

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mercredi 6 octobre 2021, 17:04

    Test.

  • Posté par Coulon Michel, mardi 5 octobre 2021, 11:30

    ca me parait clair en conclusion que la 3eme dose est utile pour les personnes agées et a faible immunité. son efficacité me parait aussi évidente quand on examine les statistiques d'israel: après un peu plus d'un mois de campagne "3eme dose", les contaminations sont en chute libre (divisées par 3 en 2 semaines).En belgique aussi, "il est temps" car les statistiques de sciensano montrent que la proportion de personnes agées dans les hospitalisations augmente petit a petit depuis la mi-juin; l'explication serait la perte d'immunité progressive des premiers vaccinés agés en janvier et fevrier

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, mardi 5 octobre 2021, 9:51

    C'est évident que un étude de Pfizer sur le vaccin Pfizer n'est pas biaisé. Pas de tout.

  • Posté par massacry olivier, mardi 5 octobre 2021, 17:38

    Petit adolphe voici le lien de l'étude, < https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02183-8/fulltext#seccestitle10 >, prend tout ton temps pour la lire, et puis faisant non donc ta critique, je serais bien curieux du résultat. Curieux aussi que vous osiez crier aux manque d'objectivité, vous qu'il a deux jours postait une interview d'un docteur luxembourgeois tout aussi biaisé et peu scrupuleux des conflits d'interéts. La différence ici est qu'il s'agit d'une étude scientifique, officielle, publiée et relue par les pairs, et non une < vidéo> sans référence, mais bon je doute que cela vous fasse sens tant vous confondez science et scientisme.

  • Posté par Dewaele Laurent, mardi 5 octobre 2021, 12:18

    C'est évident que les études présentées par les antivax primaires et provenant de sources plus que douteuse ne sont pas biaisées ;) Aller, prenez votre infusion à la Chloroquine et votre cachet de Remdesivir et hop, au dodo!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko