Accueil Léna

Urgence climatique: «C’est la pire époque pour être activiste en Russie»

Le militant écologiste le plus réputé de Russie, Vladimir Slivyak, combat la politique environnementale de Vladimir Poutine. Il est lauréat du prix Right Livelihood 2021, le « Nobel alternatif ».

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les forêts qui brûlent en Sibérie, il connaît. Les tentatives d’intimidation des activistes climatiques aussi. « Le gouvernement nous déteste », résume Vladimir Slivyak. Lui et son organisation Ecodefense mènent depuis trente ans un combat dans un pays où les énergies fossiles sont reines. Où la politique du président climatosceptique a beaucoup de mal à changer face aux récentes catastrophes de l’environnement. « Nous avons été condamnés à plus de vingt amendes, que nous ne pouvons pas payer car nous sommes une organisation à but non lucratif », confie-t-il. « Nous avons souvent été molestés lors de nos manifestations. C’est devenu presque banal. Croyez-moi, aujourd’hui, c’est la pire époque pour être activiste en Russie. Même sous l’ère de l’Union soviétique, ce n’était pas comme cela. Si vous essayez d’obtenir des changements du gouvernement, vous finissez en prison. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs