Accueil Économie Entreprises

L’UCM ne veut pas d’une suppression du certificat médical pour absence courte: «Pas de certificat, pas de salaire»

Le président de l’Union des classes moyennes dénonce le projet du gouvernement de lever l’obligation de fournir un certificat médical. « Cela conduirait à la remise en cause du salaire garanti », prévient-il en insistant : « Les absences du lundi sont un fléau pour les PME. »

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Les absences de courte durée (un jour ou deux) ne devront-elles plus être couvertes par un certificat médical ? Le gouvernement fédéral l’envisage dans le cadre des débats budgétaires en cours, comme le révélait ce mardi matin le Morgen. Une information qui fait bondir le président de l’Union des classes moyennes (UCM), Pierre-Frédéric Nyst. « Cette information appelle quatre réflexions », réagit-il. « D’abord, les employeurs vivent mal une série de réflexions qui sortent actuellement de la part du ministre de l’Emploi ou du gouvernement. La semaine passée, c’était la possibilité pour le travailleur de démissionner en conservant son droit aux allocations de chômage. Et maintenant, c’est la levée de l’obligation de fournir un certificat médical pour les absences de courte durée. Le moment est difficile. Les PME ont besoin de tout le monde sur le pont et ce message est une gifle en pleine figure. » Et le président de l’UCM de s’étonner que cette proposition sorte maintenant sans que les interlocuteurs sociaux n’aient été consultés. « La concertation sociale est pourtant citée 40 fois dans l’accord de gouvernement. »

Un débat sur les congés

Il enchaîne : « Les certificats médicaux, ce n’est pas un sujet évident. Il y a des gens qui en abusent et d’autres pas. Mais dire que pour les petits congés, on n’a plus besoin de rentrer un certificat, c’est une mauvaise chose. On risque d’arriver à une remise en cause du salaire garanti (NDLR : payé par l’employeur durant les premiers jours d’absence). »

Autant dire que le président de l’UCM n’apprécie guère la mesure, même s’il reconnaît qu’elle amènerait certaines simplifications. « Mais les inconvénients sont majeurs. Alors, pour nous, c’est clair : pas de certificat, pas de salaire. Ce jour d’absence sera considéré comme un congé sans solde. » Il ajoute qu’il n’est sans doute pas nécessaire de légiférer sur un tel sujet. « Quand ça se passe bien entre le salarié et l’employeur, il est toujours possible de s’arranger. »

Pierre-Frédéric Nyst ne ferme pas la porte pour autant. « Nous sommes demandeurs depuis des années d’une refonte du système des congés », rappelle-t-il. « Il existe en Belgique plus de quarante sortes de congés. Les employeurs s’y perdent. C’est l’occasion de remettre sur la table cela et nous pourrions dans ce cadre aborder le débat sur le certificat médical. » Et d’ajouter : « Le certificat du lundi est un fléau pour les PME. Et ce débat accroît nos craintes sur le sujet. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, mercredi 6 octobre 2021, 14:57

    Excellent idée, Cela ne va que encourager les " grands travailleurs" à oublier un peu plus d'aller travailler ! Un jour de congé ,qui ne coute rien, c'est toujours bon à apprendre !!!

  • Posté par Chalet Alain, mardi 5 octobre 2021, 17:22

    Les "progressistes" ont encore inventé une belle connerie qui ne fait comme d'habitude qu'encourager les gens à ne rien foutre, tout en étant quand même payés! On ne peut pas mieux conduire un pays à la ruine: voyez ce que les socialos ont déjà fait de la Wallonie. Normal que les organisations patronales et tous ceux doués de bon sens s'y opposent.

  • Posté par dams jean-marie, mardi 5 octobre 2021, 16:23

    Donc si cela devait se passer , bonjour les semaines de 3 jours de travail .Congé de maladie le vendredi ainsi que le lundi !!! Ben tiens !

  • Posté par michel leurquin, mardi 5 octobre 2021, 16:02

    L'Ucm c'est la défense des classes moyennes ou des grosses entreprises ? Vous êtes malade un jour et il faudrait passer obligatoirement par une visite chez les médecins. Les abus viennent toujours des mêmes. Et bien que ceux-là soient contrôlés.

  • Posté par lambert viviane, mardi 5 octobre 2021, 14:29

    La demande émane des médecins généralistes et maisons médicales. Elle est portée par la Ministre fédérale GROEN De Sutter. Que les petits patrons et autres passéiste y voient à redire, tant pis. Qu'ils s'interrogent plutôt sur l'attractivité des tâches qu'ils proposent à leurs employés.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs