Accueil Culture Cinéma

Joachim Lafosse: «Je suis enfin ému par ce que mes parents m’ont transmis»

Vingt ans de thérapie ont permis à Joachim Lafosse d’évoquer ses parents dans « Les intranquilles » et de questionner l’engagement amoureux. C’est bouleversant.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Trajet entre Paris et Bruxelles avec Joachim Lafosse, fatigué mais heureux, au lendemain de la sortie des Intranquilles en France. Dans un contexte très sinistré, le film, qui eut l’honneur d’être en compétition à Cannes, a fait le meilleur score du mercredi, avec 684 spectateurs pour une moyenne de 53 entrées par copie. Ce qui fait dire au cinéaste belge comme une invitation à retourner d’urgence au cinéma : «  Dire durant le Covid que la culture était non essentielle alors que c’est justement par là qu’on va pouvoir dire nos sensations, nos souffrances d’avoir perdu des proches et comprendre ce qui nous arrive, a fait des dégâts. Bien sûr, aujourd’hui, on a surtout envie de sortir, se retrouver dans les cafés ou en terrasse mais l’art offre quelque chose de supplémentaire, ce serait dommage de s’en priver. Il faut qu’on se retrousse les manches et prouver la part essentielle que l’art a dans nos vies.  »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs