Accueil Culture

Jean Paul Gaultier, joyeusement cinéphile

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

A l’entrée de l’exposition CinéMode, un portrait magnifique de Micheline Presle, héroïne de Falbalas, film fondateur pour Jean Paul Gaultier, joyeux cinéphile et enfant terrible de la mode. En fin de parcours, la robe de mariée griffée JP Gaultier, visible dans la scène du défilé dans Absolument fabuleux, de Gabriel Aghion.

Sa longue traîne de 25 mètres de long, « façon rideau vénitien », invite le visiteur vers la sortie. Entre ces deux moments, des corsets aux seins coniques, du cuir, une marinière au dos nu, une robe smoking mais aussi des broderies, de la mousseline, du plissé, des robes sexy à la Marilyn Monroe, le petit Vichy de Bardot, les costumes des personnages intergalactiques du Cinquième élément, le justaucorps de Superman ou de l’extensible pour Wonderwoman.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs