Accueil Société

Affaire Wivinne Marion: Xavier Van Dam condamné à la perpétuité

Wivinne Marion a été tuée le jeudi 1er novembre 2018 alors qu’elle faisait son jogging près de chez elle, à Boninne. Lundi, la cour d’assises de Namur avait déclaré Xavier Van Dam coupable de l’assassinat, du viol et de séquestration.

Temps de lecture: 4 min

Il n’a pas fallu longtemps aux jurés, ce mardi, pour délibérer sur la peine à infliger au Namurois Xavier Van Dam, 31 ans, coupable de l’assassinat, du viol et de la séquestration de Wivinne Marion : peu après 15 heures, la cour d’assises de Namur prononçait à son encontre une peine de réclusion à perpétuité, assortie d’une mise à disposition du tribunal d’application des peines pour une durée de 15 ans.

La victime, une pédiatre de 42 ans, mère de deux enfants de 13 et 9 ans, était partie le matin du 1er novembre 2018 faire son jogging matinal à Boninne (Namur). Lui avait quitté son domicile la veille au soir, partant pour une nuit de fête avec ses copains, agrémentée de cocaïne et de grande quantité d’alcool. Les vidéos des caméras de surveillance le montraient croisant la route de la quadragénaire puis faisant demi-tour pour la suivre. Il avait attendu de se retrouver derrière elle dans un endroit plus isolé, près d’un bunker situé au niveau du Chemin des Tombes, et il l’avait surprise. Elle avait ses écouteurs diffusant de la musique, et elle avait été tout de suite rouée de coups, puisqu’elle ne présentait même pas de lésions de défense - elle n’avait pas eu le temps de se protéger. Au procès, la semaine dernière, les légistes ont évoqué une scène d’une violence extrême, tellement intense que le lobe d’une oreille de la victime avait été arraché. Une fois ainsi battue, il l’avait traînée au sol et embarquée dans son coffre ; un agriculteur avait assisté, depuis son champ, à la scène de mise à mort, à quelques minutes du lieu de l’enlèvement. Avant qu’il l’étrangle, la victime, à bout de force, avait désespérément appelé sa maman. Le déroulement exact des faits n’a jamais été connu, Xavier Van Dam prétextant être amnésique uniquement pour tout ce qui concernait la victime, ce que les experts psys ont estimé « peu crédible et manipulatoire ».

Pour statuer sur la hauteur de la peine, les jurés ont retenu la personnalité aux traits psychopathiques, narcissiques et antisociaux de l’accusé telle que décrite pas les experts. Ils ont également relevé ses antécédents pour le moins inquiétants : il avait pénétré chez un voisin alors que celui-ci quittait sa maison pour se rendre au travail, laissant sa famille endormie. Van Dam s’était terré dans la chambre de l’enfant lorsque la mère s’était réveillée, alertée par des bruits inhabituels. Lorsque cette dernière avait pénétré dans la pièce où il se cachait, il l’avait rouée de coups, en présence de l’enfant terrorisé.

La défense de Xavier Van Dam avait, ce lundi, contesté la préméditation sur le meurtre. Les jurés avaient cependant retenu l’analyse de la vidéosurveillance, qui avait montré comment il avait guetté sa proie pendant une trentaine de minutes, attendant qu’elle soit isolée. Pour la peine, la défense avait demandé 30 ans de prison, afin de ne pas ôter au Namurois tout espoir de réinsertion ; la cour d’assises a estimé que de l’espoir, pour lui, il n’y en avait plus. La cour d’assises de Namur a condamné mardi Xavier Van Dam à la réclusion à perpétuité et à 15 ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines (TAP) pour l’assassinat, le viol et la séquestration de Wivinne Marion, le 1er novembre 2018 à Namur.

Dans son jugement, la cour a pris en compte la gravité extrême des crimes et délits commis par l’accusé, le profond traumatisme subi par les proches de la victime, le mépris de Xavier Van Dam pour l’intégrité physique et psychique d’autrui et le caractère abject des faits. La personnalité inquiétante du Namurois et le risque de récidive non négligeable évoqué par les experts qui se sont penchés sur son cas ont également influencé l’arrêt de la cour d’assises.

L’accusé a pris la parole pour présenter des excuses.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par collin liliane, mardi 5 octobre 2021, 23:32

    Le montant d'une année de prison est actuellement de 32.000 euros par an; à multiplier par plus ou moins 40 ans. La vie de cette ordure ne vaut pas autant.

  • Posté par Esquenet Alexandre, mardi 5 octobre 2021, 18:08

    Saloperie de taré.

  • Posté par Dubois B., mardi 5 octobre 2021, 16:45

    La barbarie, est-elle mieux définie par les actes ignobles de l'auteur, ou par son silence au procès? On peut se réjouir de sa mise à l'écart de la société pour longtemps (très longtemps même), mais je ne tomberai pas dans la même barbarie à souhaiter sa mort comme certains sur ce forum. Elle n'apporterait rien.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko