Accueil Opinions Éditos

Procès en déviance systémique pour l’Eglise catholique

Pendant plus de deux ans, une commission indépendante a enquêté sur les abus sexuels. Des milliers de victimes ont été recensées. L’Eglise va devoir se remettre en cause.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Ce n’est pas le procès des prêtres que fait le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise en France, c’est celui de l’Eglise catholique. L’énoncé des chiffres des victimes d’actes pédophiles commis par un prêtre, un diacre ou un religieux est infamant : 216.000 personnes, ou 330.000 si l’on ajoute les faits commis par les non-prêtres ou religieux liés à l’Eglise. Mais la partie la plus noire du rapport « Sauvé » est sa dénonciation d’un « phénomène systémique ». Les membres de la Commission émettent une comparaison destructrice pour une institution protectrice des plus faibles : l’Eglise catholique serait en France, hormis les cercles familiaux et amicaux, le milieu où la prévalence des violences sexuelles est la plus élevée. Et d’ajouter : « L’institution ecclésiale n’a clairement pas su prévenir ces violences, ni simplement les voir, et encore moins les traiter avec la détermination et la justesse requises. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs