Accueil Culture

Sophie Lauwers sera la future directrice de Bozar

Déjà directrice des expositions, la future directrice de Bozar est devenue au fil des ans un des piliers de l’institution où elle est arrivée en 2001.

Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Membre du comité de direction du Palais des Beaux-Arts, Sophie Lauwers y est directrice des expositions. À ce titre, elle était sans doute, parmi les différents candidats à la succession de Paul Dujardin, celle qui connaît le mieux l’institution, ses enjeux, son architecture, ses possibilités, ses difficultés et ses équipes.

Soulignant qu’elle « dispose de toutes les qualités voulues pour mener à bien sa nouvelle mission », Isabelle Mazzara, présidente du C.A., met d’ailleurs en avant cette spécificité : « Elle dispose (…) d’une excellente connaissance de l’institution Bozar grâce à̀ sa fonction de Directrice des Expositions (depuis 2011) ce qui va lui permettre d’y amener une bonne analyse de la situation actuelle mais également de proposer une vision forte pour l’institution avec ses spécificités, vision qui consiste à mettre l’artistique au centre du débat. »

Depuis son arrivée à Bozar, Sophie Lauwers s’est en effet consacrée corps et âme à l’artistique. Aussi discrète qu’efficace, on ne l’a jamais vue se pousser en avant comme savent si bien le faire certains commissaires d’exposition. Chez Sophie Lauwers, rien de tout cela. Toujours présente mais un peu en retrait, elle dévoile un peu d’elle-même dans son style vestimentaire : toujours classe et original à la fois, sans tapage ni faute de goût mais se démarquant par de petites touches personnelles qui n’appartiennent qu’à elle. Évitant les déclarations fracassantes ou plombantes de certains de ses pairs, elle préfère toujours tourner les projecteurs vers les artistes dont elle montre le travail. Avec un intérêt certain pour l’art contemporain mais aussi et surtout une curiosité insatiable pour les univers les plus variés.

Etudes de sinologie

Issue d’un milieu où la culture n’était pas vraiment au centre des débats, elle a trouvé sa voie au fil des expériences et des rencontres. Car derrière son sourire et son apparence plutôt frêle, elle mène très tôt sa barque selon ses envies. C’est ainsi qu’elle se lance… durant un an, dans des études de sinologie avant de bifurquer vers l’Histoire.

Quand elle sort diplômée de la VUB, ce n’est ni pour poursuivre des recherches ni pour enseigner. Elle entre dans une agence de publicité tout en se demandant très vite ce qu’elle fait là. Déjà intéressée par le monde de l’art contemporain, elle commence à organiser de petits événements, travaille avec l’un ou l’autre artiste et se rend compte rapidement que c’est vraiment cela qui lui convient.

Passionnée

De projet en projet, elle finit par intégrer l’équipe de Bruxelles 2000 avant d’être repérée par Paul Dujardin qui lui propose de rejoindre le Palais des Beaux-Arts pour coordonner les expositions. Elle fait ses premiers pas dans la prestigieuse institution en mars 2001 avant de grimper petit à petit les échelons.

Devenue directrice des expositions en 2011, elle met sur pied une série d’événements de haut vol, y compris durant ces deux dernières années marquées par le confinement. Passionnée, elle se donne autant pour la rétrospective de l’artiste belge Jacqueline Meesmaeker ou le parcours Danser Brut que pour les grands événements internationaux. Ce mardi, alors que son avenir se décidait dans les bureaux de Sophie Wilmès, Sophie Lauwers était au Palais des Beaux-Arts, arpentant les salles de la très attendue exposition Hockney, s’émerveillant d’un tableau, s’interrogeant sur le sens d’un autre. Disponible, discrète et passionnée. Mais déjà prête à relever un nouveau défi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs